Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La chasse à la baleine, une pratique révoltante

Nonchalantes et inoffensives à moins de les provoquer, les baleines sont chassées depuis longtemps. L'invention de moyens de chasse performants transformera cependant cette chasse de subsistance en un massacre à l'échelle mondiale. Retour sur la chasse à la baleine, une pratique aussi cruelle que scandaleuse.

La baleine, aussi énorme qu'elle soit, a fait l'objet d'une chasse relativement tôt. Des dessins rupestres représentant des chasseurs en canot brandissant harpons et filets en direction de baleines ont été découverts en Corée du Sud. Datés entre 1 000 et 6 000 ans av J-C, ce sont là les plus anciennes traces de cette chasse jamais découvertes à ce jour.

Entre subsistance et histoire de sous

D'autres peuples pratiquent la chasse à la baleine depuis longtemps. Au Japon par exemple, un poème datant d'avant le 10ème siècle en racontait la chasse, tandis qu'au 11ème, les Basques étaient déjà des chasseurs de baleine aguerris en Atlantique nord. Les Islandais, eux, pratiquent cette chasse depuis le 12ème siècle.

A l'origine, la baleine était évidemment chassée pour la quantité de viande qu'elle procurait, mais aussi pour son huile qui servait à tout, de la cuisine au chauffage, en passant par l'éclairage. Avec l'arrivée de l'ère industrielle, elle servit également à huiler les machines, à fabriquer de la peinture, des enduits ou du savon, et à éclairer les villes avant l'arrivée du gaz. Ce sont ainsi des centaines de millions de litres d'huile qui seront consommés tous les ans en Europe, issues de dizaines de milliers de baleines.

Cette hécatombe a été possible grâce à l'avancée technique qu'amène cette époque : canon, harpons à tête explosive et lunettes de visée armèrent des baleiniers de fort tonnage qui se déplaçaient parfois en flotte.

Enfin, on découvrira aussi que l'huile n'est pas la seule ressource exploitable chez la baleine. Ses os servirent à faire du charbon, ses intestins devinrent des cordages et ses fanons furent transformés en baleines (d'où leur nom) de corset ou de parapluie.

Un impact désastreux sur la population de baleines

Dans les années 1910, jusqu'à 10 000 baleines par an tombèrent sous les harpons. Elles seront 30 000 dans les années 20 et 50 000 dans les années 30. Les baleines étaient traquées sans répit lors de leur migration et dans leurs zones de reproduction. Pour les zones situées trop loin des côtes, des usines flottantes ont même été mises au point pour extraire l'huile sur place. 2,8 millions de baleines périrent ainsi cruellement en un siècle de chasse et toutes les espèces se retrouvèrent en voie de disparition.

Le 2 décembre 1946, la Commission baleinière internationale est créée avec pour mission la conservation des populations restantes. En 1982, un moratoire interdisant la pêche commerciale de la baleine est voté par les 3/4 des membres de la CBI et entre en vigueur 4 ans plus tard.

Quels pays chassent encore la baleine aujourd'hui ?

Bien que critiquée pour son laxisme, force est de constater que les actions de la CBI ont été bénéfiques pour les baleines qui remontent doucement la pente, même si beaucoup sont encore en danger. C'est le cas de la baleine bleue dont il ne resterait plus que 5 000 individus, 100 000 pour le rorqual commun et à peine plus de 500 pour la baleine franche dont la nage lente lui aura été très dommageable.

Toutefois, en plus des populations autorisées à faire de la chasse de subsistance, 3 pays continuent impunément à chasser les cétacés en profitant des failles de la CBI :

> Le Japon : prétextant des études scientifiques, le Japon se permet de massacrer 300 baleines par an (1 000 auparavant) en dépit du moratoire. La viande des animaux "étudiés" est ensuite vendue sur le territoire ou servie dans des cantines publiques.

> L'Islande : elle a quitté le CBI en 1992 après avoir prétexté des pêches scientifiques comme le Japon. Elle y reviendra ensuite en 2004, mais recommencera à chasser des baleines dès 2006 en en tuant une cinquantaine par an environ.

> La Norvège : utilisant une faille juridique, la Norvège est passée outre l'interdiction de chasse dès 1993 en s'y opposant. Elle tue entre 200 et 500 baleines par an pour un quota, qu'elle s'impose elle-même, supérieur à 1 000 individus par an. Entre 1993 et 2016, la Norvège aura fait périr 11 800 baleines, surtout des femelles gravides, dont la viande a été soit consommée dans le pays, soit exportée aux îles Féroé, au Japon et en Islande.

>> A lire aussi : Des globicéphales tués par tradition

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 16/01/2018
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.