Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Sealand, une principauté controversée

Dans les années 50, les radio-pirates cherchent des endroits sûrs pur émettre leurs programmes. Roy Bates, le fondateur de Radio Essex, trouve alors refuge sur une plateforme militaire en Mer du Nord. Mais il a été encore plus loin en déclarant en 1967 l'indépendance du lieu sous le nom de Sealand.

Sealand, le pays de la mer ! Ses plages de sable fin, ses cocotiers, son soleil implacable…. En fait non, pas exactement. Sealand est un pays dont le territoire est constitué d'une unique plateforme de 550 m² située dans l'estuaire de la Tamise. Cette ancienne forteresse située à plusieurs mètres au-dessus du niveau de la Mer du Nord constitue l'intégralité du territoire de la Principauté de Sealand.

Les origines de Sealand

Durant la Seconde Guerre Mondiale, le Royaume-Uni, isolé en Europe, était approvisionné depuis les États-Unis par des convois navals arrivant dans ses différents ports. Londres était ravitaillée via l'estuaire de la Tamise. Cet entonnoir maritime était dans le viseur de l'Allemagne qui y envoyait régulièrement des avions largueurs de mines. L'Angleterre a donc décidé de construire un certain nombre de forts au milieu de la mer, sur des hauts fonds, pour lutter contre ces avions.

Après la guerre, l'armée s'est rapidement désintéressée de ces structures devenues inutiles. Dans les années 60, , des radios pirates se sont installées sur les plateformes. Le gouvernement britannique a lutté contre certaines d'entre elles en les démantelant, mais d'autres ont survécu.

Radio Essex s'est installée en 1967 à Rough Sand Fort. Son fondateur, Paddy Roy Bates, y a vécu presque en permanence depuis cette date. Il y a fondé la nation indépendante de Sealand en s'attribuant le titre de Prince. Après son abdication en 1999 puis son décès en 2012, c'est son fils Michael qui est devenu Prince.

Une ambiguïté juridique

La création de Sealand repose sur une ambiguïté juridique. Dans les années 1940, les eaux territoriales britanniques s'étendaient jusqu'à 6 km des côtes. Rough Sands Fort a été construit en pleine mer de manière complètement illégale, ce qui pouvait s'entendre en raison de la mise en défense des îles britanniques face à l'Allemagne nazie.

A la fin de la guerre, ces îles de métal inoccupées plantées au milieu de l'océan n'appartenaient donc légalement à personne. Le 2 septembre 1967, Roy Bates y a vu une occasion de créer de toutes pièces son pays sur la plateforme isolée au milieu des eaux internationales : la Principauté de Sealand était née.

Mais tout n'est pas si simple. En effet, outre le fait qu'en 1987, les eaux territoriales britanniques ont été étendues au-delà de l'emplacement de Sealand, les Nations Unies considèrent depuis 1994 qu'une structure artificielle ne peut être considérée comme une île et, par conséquent, ne peut prétendre à des eaux territoriales.

Des efforts pour être reconnu

Faire reconnaître un nouveau pays au niveau international n'est pas une mince affaire. D'ailleurs, aucune nation et aucune instance internationale n'a daigné accorder à la plateforme la moindre reconnaissance. Les autorités sealandaises en sont venues à montrer par tous les moyens qu'elles possèdent tous les attributs d'un pays indépendant.

Cela passe tout d'abord par tous les éléments visibles. En 1975, la Principauté se dote des attributs d'un état souverain, à savoir un drapeau, une constitution, un hymne, une monnaie et un passeport. D'un point de vue légal, les éléments constitutifs d'un état sont : un territoire, une population et un gouvernement. Pour ce qui est du gouvernement, Roy s'est lui-même proclamé Prince, titre désormais détenu par son fils Michael. Sealand a toujours veillé à maintenir son territoire occupé par au moins une personne. Le cas du territoire est plus problématique car la plateforme est de création humaine.

Une zone de turbulences

Mais Roy Bates prend la réalité de sa nation très au sérieux puisqu'en 1968, des ouvriers britanniques venus en bateau contrôler des bouées situées à proximité de Rough Sands Fort ont essuyé des coups de feux pour avoir pénétré dans les eaux territoriales de Sealand.

Parmi les turbulences qui ont secoué Sealand, on peut citer la tentative de coup d'état qui a eu lieu en 1978 par le Premier Ministre sealandais Achenbach contre son souverain, le Prince Roy. L'affaire s'est terminée par l'emprisonnement du factieux, un diamantaire de nationalité allemande mais détenteur d'un passeport sealandais. L'ambassadeur d'Allemagne au Royaume-Uni a été envoyé négocier sa libération à Sealand, ce qui constitue, dixit les autorités sealandaises, une reconnaissance de fait de leur pays. Le factieux, quant à lui, a formé un gouvernement sealandais rebelle en exil. Il a refait parler de lui récemment dans la fameuse affaire des "Panama Papers".

Malgré tous leurs efforts, les Bates n'ont jamais réussi à faire reconnaître la souveraineté de leur empire maritime. Il semble que, depuis quelques années, leurs préoccupations sont plus bassement pécuniaires. La Principauté a en effet tenté de monnayer ses lois et sa fiscalité très libérales à toutes sortes de geeks, comme Pirate Bay ou encore Wikileaks.

Sealand a fêté en septembre 2017 ses 50 ans d'existence. A ce titre, vous pouvez faire acte de candidature à l'acquisition de la nationalité sealandaise (le passeport vous en coûtera 200 £). Par la même occasion, vous pourrez vous acheter un titre de Baron (60 £), de Comte (200 £) ou de Duc (500 £). Si vos finances ne vous le permettent pas, offrez-vous simplement un bracelet de soutien aux couleurs sealandaises pour la modique somme de 3 £.

Par Charles LorrainPublié le 25/10/2017
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.