Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Proteus, un projet d'habitat sous-marin pour aider la recherche

Proteus, un projet d'habitat sous-marin pour aider la recherche

C'est un petit immeuble sous-marin que Fabien Cousteau voudrait construire sous la mer. Une station dédiée à la recherche que l'explorateur océanographique souhaite voir devenir l'équivalent sous-marin de la Station Spatiale Internationale.

Fabien Cousteau est le petit-fils du célèbre commandant Cousteau, celui-là même qui a co-inventé le détendeur autonome si essentiel à la plongée moderne. Comme son illustre grand-père avant lui, il travaille à faire découvrir au monde les merveilles cachées des océans et a hérité de son aïeul la volonté d'œuvrer pour leur sauvegarde. Mais pour comprendre réellement quelque chose, encore faut-il arriver à l'étudier, or, même aujourd'hui, il est difficile d'explorer comme il se doit les fonds marins avec les limites imposées par la plongée sous-marine. La solution selon lui : une gigantesque station de recherche posée sur le plancher océanique.

Baptisé Proteus, ce laboratoire sous-marin est pensé sur deux étages et ferait environ 370 m². De quoi confortablement permettre jusqu'à 12 scientifiques de travailler, mais aussi et surtout de vivre sur place. En effet, en dormant sous l'eau, on évite les contraintes indissociables aux séances de plongée, notamment les interminables minutes passées en palier de décompression, sans oublier la question de l'autonomie qui limite forcément les expériences pouvant être effectuées sous l'eau.

Proteus tirerait son électricité du soleil, mais aussi du mouvement de l'océan lui-même et devrait également embarquer une serre pour faire pousser sa propre nourriture. Mais le plus ambitieux dans ce projet, c'est que Fabien Cousteau et Yves Behar, le designer de la station, l'ont pensé pour être modulable à l'instar de la Station Spatiale Internationale. Il pourra donc sans problème s'agrandir à mesure que l'on décidera d'y ajouter de nouveaux équipements et de nouvelles sections. D'ailleurs, si sa mission principale reste la recherche océanique, rien n'exclut qu'il serve également de terrain de recherche dans d'autres domaines comme l'énergie ou la médecine.

Reste pour l'explorateur à trouver 135 millions de dollars (111 millions d'euros) pour financer Proteus, chose qu'il affirme être en bonne voie. La station est ainsi prévue être terminée à l'horizon 2023 et sera installée à 18 mètres de profondeur au large de l'île de Curaçao, aux Caraïbes, dans une réserve naturelle. En attendant, les océanographes peuvent déjà se tourner vers la capsule sous-marine d'Under the Pole, plus petite mais déjà fonctionnelle, et qui a été pensée pour les mêmes raisons.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs