Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le secret de longévité des baleines bientôt découvert ?

Avec sa taille pouvant atteindre les 17 mètres pour un poids d'environ 100 tonnes, la baleine boréale est l'un des plus grands mammifères au monde. C'est également un animal habitué aux records de longévité : le cétacé peut très facilement vivre plus de 200 ans ! Des scientifiques se sont penchés sur son cas et ont fait de nouvelles découvertes qui pourraient bien nous livrer ses secrets.

Ce qu'il faut savoir, c'est qu'en dépit de toute sa science et des progrès accomplis aujourd'hui, l'Homme est loin d'avoir saisi tous les facteurs entrant en compte dans la longévité. C'est donc avec la volonté de faire avancer la recherche que des scientifiques de l'université de Liverpool ont décidé de séquencer tout le génome de la baleine boréale. Ils ont ainsi inventorié le matériel génétique de l'animal et ont remarqué que les mutations de certains gènes ont permis à la baleine d'éliminer purement et simplement toutes les complications physiologiques liées à l'âge : cancers, maladies cardiovasculaires, maladies neurodégénératives, etc.

Les chercheurs soupçonnent ainsi que ces gènes, principalement ceux intervenant dans le vieillissement, la résistance au cancer et la division cellulaire, ont muté afin d'augmenter de façon significative la longévité et la résistance de l'animal. La baleine boréale peut ainsi réparer son ADN ou encore éviter les maladies dégénératives ou auto-immunes généralement attribuées à l'immunosénescence (le vieillissement du système immunitaire).

Ce séquençage du génome de la baleine boréale ouvre donc de nouvelles perspectives pour la recherche sur la longévité, d'autant plus que les chercheurs ont eu la bonne idée de mettre les résultats de leur travail à disposition de la communauté scientifique.

Par Guillaume Daveluy
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.