Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'ONU contre le fléau du plastique dans les océans

Les plastiques sont une plaie pour nos océans : on estime que, chaque année, 8 millions de tonnes de déchets plastiques finissent dans les océans. Ceux-ci flottent à la surface de l'eau et se regroupent à certains endroits, comme le fameux 7ème Continent, ou encore l'île de plastique au large du Honduras constituée de tous les déchets charriés par le fleuve Motagua. Ce désastre, notamment pour la faune marine qui les ingère ou se blesse, est en enjeu environnemental de premier plan pour la mer.

A tel point que l'ONU a décidé de prendre le problème à bras le corps. Un groupe de travail a été constitué, sous l'égide des ministres de l'environnement réunis en décembre 2017 à Nairobi, au Kenya. Les organisations environnementales saluent bien évidemment cette prise de conscience du problème au niveau international, même si les choses ne bougent pas aussi rapidement qu'elles le souhaiteraient. D'autant plus que les entreprises du monde du plastique fourbissent leurs armes et mettent en avant, notamment, les risques pour l'emploi.

La Chine, gros fabricant de plastique, est circonspecte. De plus, les positions notoires de Donald Trump en matière d'environnement ne laissent pas espérer de dynamique venant du côté des États-Unis. Fort heureusement, devant le désastre, de nombreux pays n'ont pas attendu les résolutions onusiennes pour prendre des initiatives, notamment en interdisant les sacs plastiques à usage unique. L'Inde, par exemple, a nettoyé en 2016 une plage de Bombay entièrement recouverte de plastique.

Des campagnes de récupérations de déchets flottants ont été effectuées dans le Pacifique, mais il semble qu'elles sont elles-mêmes plutôt nuisibles pour les animaux marins. Certains préconisent donc la récupération des déchets échoués sur le littoral, une méthode qu'ils affirment plus simple, moins nocive et moins coûteuse.

La résolution a finalement été signée le 24 décembre 2017 et marque l'ouverture de négociations qui déboucheront sur un nouveau traité concernant la biodiversité dans les eaux internationales. Une réduction importante des déchets plastiques est prévue d'ici à 2025, avec toutefois l'objectif de supprimer à terme tout déchet plastique arrivant dans l'océan.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs