Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Des milliers d'étoiles de mer échouées sur une plage

Cet hiver, les britanniques ont vu mille étoiles. Mille étoiles de mer, pour être précis. Le phénomène a été observé à Ramsgate, dans le Kent, près de Douvres, ce 4 mars 2018. Des milliers d'astéries ont été retrouvées sur cette plage de la Mer du Nord, à perte de vue, jusqu'à Broadstairs. Certaines personnes sensibles au sort de ces animaux ont fait leur possible pour les sauver, mais le bilan est sans appel : les étoiles de mer étaient pratiquement toutes mortes.

Par malheur, ce problème s'est répété sur d'autres plages du sud-est britannique (Yorkshire, Kent, Norfolk) où des milliers d'oursins, homards, crabes, moules et autres tortues les ont accompagnées dans la mort.

Les spécialistes avancent une hypothèse météorologique. L'Europe a connu en février une période froide qui a refroidi la mer jusqu'à une température de 3°C. Les animaux marins vivant près de la surface sont devenus moins réactifs. La tempête Emma qui a frappé la même région au même moment a soulevé les animaux du fond de l'eau pour les déposer sur les plages.

Habituellement, ils tentent d'aller dans des eaux plus profondes pour éviter les tempêtes, mais le froid conjugué à la faible profondeur de la mer dans ces secteurs les a engourdis de façon telle qu'ils n'ont pas pu rejoindre des zones où ils seraient à l'abri des intempéries. Les vertébrés ont été très peu concernés : les poissons et autres dauphins ont pu s'échapper à temps.

Cet événement est cependant sans incidence sur la population d'étoiles de mer : celles-ci sont très répandues et tapissent tous les fonds marins du globe.

Certaines personnes en ont profité pour emporter les homards survivants, parfois pour les rejeter à l'eau une fois que la météo sera redevenue plus clémente, d'autres pour les mettre bien au chaud. Dans une casserole.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs