Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

De mystérieuses sculptures découvertes sur les rives d'un lac américain

D'étranges sculptures aériennes, presque fantomatiques, sont apparues sur les bords d'un grand lac américain. Un phénomène que l'on doit non pas à un artiste de plage inspiré, mais bien à Dame Nature.

Avec ses 57 750 km², le lac Michigan est l'un des cinq Grands Lacs d'Amériques du Nord, le seul à être entièrement situé sur le territoire des États-Unis. Outre son immensité, il a offert, en janvier 2022, un spectacle venu d'ailleurs aux chanceux promeneurs qui ont eu l'audace de s'aventurer dans l'atmosphère glaciale de ses rives orientales, dans le parc de Tiscornia. Là, sur une plage non loin du quai du phare intérieur de St Joseph, des pièces aériennes semblent avoir été posées là exprès pour les besoins d'une scène fantasmagorique. Les sculptures sont effilées, ressemblant tantôt à des pions d'échiquier, tantôt à des cairns élaborés. Leurs dimensions diffèrent également, certaines mesurant à peine 8 cm de haut, tandis que d'autres atteignent les 50 cm. Elles présentent toutefois comme point commun d'être faites de sable et, surtout, d'avoir été modelées par le vent !

Nées de l'érosion, ces sculptures venues d'un autre monde s'apparentent un peu aux ventifacts, ces rochers taillés et poncés par l'action d'un vent souvent chargé en sable, en glace ou autres débris. Ce qui s'est passé sur la plage de St Joseph, c'est qu'un temps particulièrement rigoureux a fait tomber les températures en dessous de zéro et ainsi gelé le sable humide. Des épisodes de vents puissants, parfois aidés par la mer, vont ensuite emporter les parties encore friables du sable, n'épargnant que le sable le plus durci. Ce qui reste prend alors la forme d'une tour ciselée aux courbes asymétriques et à la surface polie. Il peut aussi arriver que le vent amène plus de matières à la tour et la fait grandir en y accolant toujours plus de grains de sable. C'est ce qui pourrait expliquer la hauteur de certaines sculptures par rapport à d'autres.

À l'instar des châteaux de sable et autres Land Art, ces sculptures naturelles faites dans l'essence même des plages sont éphémères. Il suffit que les températures montent un peu au-dessus de zéro pour qu'elles perdent leur cohésion et s'affaissent sur elles-mêmes. Une frêle existence qui ne fait que les rendre encore plus belles.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs