Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le requin-baleine, le plus grand poisson du monde

Il est aussi grand qu'une baleine, mais c'est bien un poisson. Ce géant, c'est le requin-baleine, une force tranquille de la nature dont la majesté force le respect.
Le requin-baleine, le plus grand poisson du monde

En dépit de ses dimensions impressionnantes, le requin-baleine est bien un poisson cartilagineux. Son espèce, Rhincodon typus, appartient à la famille des Rhincodontidae dont elle est la seule représentante.

Un poisson à la grande gueule

Avec sa tête aplatie et sa peau grise tachetée de blancs sur le dos, le requin-baleine ressemble à un poisson-chat dépourvu de moustaches, à ceci près qu'il est 50 fois plus grand que ce lointain parent. Il mesure en effet 10 mètres en moyenne, certains spécimens pouvant atteindre les 14 mètres. En 1999, un requin-baleine de 20 mètres a même été observé au large de l'île de Taïwan au cours d'une expédition scientifique.

La principale particularité de ce poisson est sa très large bouche qui peut faire 2 mètres de large. Elle lui sert à capturer non pas de grosses proies, mais du plancton, sa principale source de nourriture. A l'instar du gentil requin pèlerin, le requin-baleine n'est pas un prédateur comme la majorité de ses cousins et il est parfaitement inoffensif pour l'Homme.

Pour trouver du plancton, le requin-baleine possède des capteurs qui lui permettent de détecter les signaux chimiques émis par ses proies lorsqu'elles se nourrissent. Il ne lui reste alors plus qu'à se diriger vers elles la gueule grande ouverte pour se régaler. L'animal peut ainsi filtrer 2 000 tonnes d'eau par heure à travers ses 600 rangées de minuscules dents et ses 10 fentes branchiales, et engloutir par la même occasion plus d'une tonne de plancton, des petits crustacés et des poissons. Au lieu de parcourir des kilomètres la bouche ouverte, le requin-baleine peut également se nourrir en aspirant l'eau tout en restant immobile, tant à l'horizontale… qu'à la verticale !

La reproduction du requin-baleine

Le plus grand poisson du monde est un individu grégaire. Bien qu'il existe des requins-baleines solitaires, ils vivent plutôt en groupe qui contiennent parfois des centaines d'individus. Pour autant, on ne sait que très peu de chose sur la reproduction de ce poisson qui est habituellement un poisson des profondeurs ne venant en surface que pour se nourrir. On s'accorde cependant à dire que le requin-baleine est un animal ovovivipare : la femelle fécondée garde des centaines œufs dans ses deux utérus qui vont s'y développer à l'abri, jusqu'à la formation complète des petits requins. Les scientifiques qui l'ont étudié pensent que le requin-baleine se reproduit tous les deux ans environ.

requin-baleine

Un poisson menacé

Si la taille respectable du requin-baleine le place hors de portée de la majorité des prédateurs marins (qui, de toute manière, auraient fort à faire face à sa peau râpeuse et épaisse de 15 cm par endroit), l'animal est aujourd'hui considéré comme étant en danger d'extinction. La faute tout d'abord à la pêche dont il fait l'objet, surtout en Asie où il est vu comme un mets de choix tant pour ses ailerons (comme c'est le cas pour tous les requins), mais aussi pour sa chair. Un malheur pour l'animal dont la nage nonchalante (1 à 5 km/h) en fait une cible facile.

Comme cette espèce animale dépend du plancton, elle est également très sensible à la pollution, aux marées noires et à l'acidification des océans qui menace sa première source de nourriture.

Où observer le requin-baleine ?

Le requin-baleine est un poisson qui aime les eaux chaudes et tempérées, zones où le plancton est abondant. On le rencontre ainsi spécialement dans les estuaires, les baies sauvages et les embouchures où il est sûr d'en trouver à profusion. C'est également un animal saisonnier qui migre avec le plancton et en fonction de la température de l'eau.

De mi-octobre à fin février, vous pouvez trouver des requins-baleines dans l'anse du Ghoubbet-el-Kharab et dans le golfe de Tadjourah à Djibouti. Autre spot préservé où les observer : l'île de Nosy Be, au nord-ouest de Madagascar, entre septembre et décembre. Cette destination offre également l'avantage d'être un lieu fréquenté par les baleines durant cette période. D'avril à septembre, ses poissons géants peuvent aussi être vus au large de la côte ouest de l'Australie, notamment dans la région de Gascoyne.

Evidemment, toutes les eaux tropicales et semi-tropicales sont susceptibles d'attirer les requins-baleines et vous pourrez ainsi en rencontrer aussi bien aux Philippines (qui se trouvent sur l'une de leurs routes migratoires), qu'en Tanzanie (île de Mafia), ainsi qu'en Afrique du Sud et au Mozambique.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 02/03/2021
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs