Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un ancien gardien s'isole dans un phare abandonné

Publié le 29/03/2016

Laissé à l'abandon depuis plus d'un siècle, le phare "maudit" de Tévennec vient d'accueillir un nouvel occupant en la personne de Marc Pointud, le président de la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises.

Situé en pleine mer au large de l'île de Sein et de la pointe du Raz, le phare de Tévennec traîne, en plus, une vieille réputation de phare « hanté ». Une réputation qui trouve, d'ailleurs, largement sa justification dans les différentes péripéties ayant émaillé l'histoire de ce phare et les malheureux gardiens qui se sont succédés au fil des années pour le garder. Et pour cause, pas moins de 23 gardiens y ont, laissés soit carrément leurs vies en mourant dans d'étranges conditions, soit une partie de leurs facultés mentales puisqu'ils en sont revenus fous !

C'en était donc trop pour l'administration qui, dès 1910, a pris la décision d'automatiser ce phare. Pourtant, cette malédiction qui colle toujours au phare de Tévennec ne semble pas décourager ce nouvel occupant dont la démarche, pour le moins téméraire, s'inscrit dans le cadre de la sensibilisation du grand public au patrimoine français en matière de phares. En effet, si la France, et plus particulièrement la région de la Bretagne, dispose d'une multitude de phares datant de différentes époques, tous ces édifices n'ont pas bénéficié forcément de la même qualité d'entretien. D'où cette démarche visant à attirer l'attention sur ces chefs-d'œuvre architecturaux en périls.

C'est encore plus vrai pour les phares édifiés en haute mer comme celui de Tévennec où Marc Pointud a fait le choix de séjourner seul pendant deux mois. A peine déposé sur les lieux par un hélicoptère, il s'est fendu d'une première déclaration : "Ma démarche s'inscrit dans la continuité de l'histoire des gardiens de phare qui y vécurent si difficilement et dont les derniers quittèrent définitivement Tévennec en 1910. Personne n'a donc séjourné dans ce phare depuis 105 ans". Il ne reste plus qu'à espérer que le nouvel occupant du phare connaisse un sort moins funeste que celui de ses nombreux prédécesseurs…

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.