Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'écologie à la plage

Si la notion d'écologie associée à la plage vous paraît évidente, elle ne l'est pas pour tout le monde. Le littoral est la proie de nombreux dangers pour sa sauvegarde : pollution, érosion, réchauffement climatique... Et si la nature a des droits, l'Homme a des devoirs, notamment celui de la protéger.
L'écologie à la plage
Photo: Pixibank

L'érosion, un problème mondial

Quand on sait que plus de 2 plages sur 3 connaissent des problèmes d'érosion dans le monde, il semble évident qu'une prise de conscience est nécessaire. Car une fois les causes déterminées, on peut anticiper les conséquences et réfléchir aux solutions pour prévenir l'érosion des plages.

Il existe notamment une méthode peu connue mais qui a fait ses preuves : l'implantation d'algues artificielles. Très efficace pour reconstituer des plages, cette solution permet aussi de renouveler la faune et la flore.

Mais les idées des meilleurs ingénieurs ont bien du mal à lutter contre une érosion plus sournoise : celle occasionnée par le piétinement et provoquée exclusivement par les usagers des plages.

Les constructeurs à l'assaut des plages

Et en matière d'érosion, il est un secteur qu'on ne soupçonne pas, celui du bâtiment. Très gourmands en sable pour leurs constructions en béton, les professionnels du BTP seraient aussi responsables de la disparition du sable sur les plages. Ce n'est pas une lubie écolo d'amateur de maison en bois, c'est une donnée vérifiée par des scientifiques.

Il existe pourtant des alternatives mais les efforts consentis dans ce domaine sont loin d'être suffisants. Recycler l'acier et le verre, utiliser la paille et le bois ou encore ouvrir les barrages qui empêchent le sable de rejoindre les plages : ce sera probablement aux politiques de légiférer pour que les industries se mettent à penser à la planète.

Protéger les plages, l'affaire de tous

S'il est tentant de rejeter la faute sur les autres, il ne faut pas oublier qu'en matière d'écologie, tout le monde est concerné. Pendant que les pouvoirs publics nettoient et entretiennent les plages, en supprimant même parfois les vestiges des dernières guerres, il nous appartient de prendre quelques précautions. L'une d'elles consistent à ne plus jeter de mégots de cigarettes dans le sable, un fléau tant pour l'esthétique que pour la préservation des animaux, ni de canettes, sacs en plastiques et autres détritus. La plage n'est pas une poubelle, il est toujours bon de le rappeler.

Le fléau de l'invasion plastique

Dans ce domaine, c'est probablement le plastique qui pose le plus de problèmes. D'abord parce qu'il est rejeté en masse, ensuite parce qu'il se dégrade mal et lentement. Les objets en plastique sont donc nombreux parmi tous ceux qu'on retrouve sur une plage. Issus de la production et de la consommation humaine, ces objets finissent par envahir les océans et les mers du globe, au point de former ce qu'on appelle un 7ème continent. Même certaines zones de la planète qu'on croit pures et intouchables sont détériorées par les déchets, à l'image de l'océan Arctique qui accueille toutes sortes de détritus. Il va donc falloir une prise de conscience globale et des actions collectives généralisées pour que le plastique ne finisse pas par noyer définitivement les bords de mer.

Par Guillaume DaveluyMis à jour le 25/08/2019
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.