Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La mise en service d'un super-chalutier soulève l'indignation

La mise en service d'un super-chalutier soulève l'indignation

Usine flottante ultra efficace, un super-chalutier baptisé dans le sud de la Bretagne inquiète les pêcheurs et les écologistes.

Le chalutier d'un pêcheur artisanal qui se contente d'une pêche côtière fait généralement 6 à 19 mètres. S'il s'aventure en haute mer, il lui faut un plus grand bateau, dans les 33 mètres. A côté, avec ses 81,37 mètres de long et 17,50 mètres de large, le Scombrus est tout simplement hors catégorie. Pour commencer, il peut prendre jusqu'à 80 tonnes de poissons par relevage de chalut, un filet qu'il peut déployer en à peine 20 minutes. Sa capacité de pêche est ainsi estimée entre 100 et 200 tonnes par nuit. La capacité d'un chalutier "normal", elle, est plutôt estimée à une moyenne de 50 tonnes par… an !

Ensuite, le Scombrus peut facilement stocker dans ses cales jusqu'à 2.000 tonnes de poissons congelés et empaquetés grâce à un équipement de pointe. Parce que oui, et c'est même là l'une des fiertés de son armateur France Pélagique (une filiale du géant néérlandais de la pêche Cornelis Vrolijk), le Scombrus est un super-chalutier d'avant-garde : du tout-électronique dans la passerelle, deux moteurs diesel-électrique à la motorisation, et une usine automatisée capable de trier, de congeler et d'empaqueter par paquet de 22 kg les poissons capturés. Il met ainsi en avant une empreinte carbone réduite, un travail moins harassant pour les 26 marins et 50% de poissons abîmés en moins à chaque prise. Sauf que voilà, avec de telles spécificités, le Scombrus est bien trop efficace.

Une "arme de destruction massive", voilà comment les petits pêcheurs artisanaux et les écologistes indignés voient ce super-chalutier. Une allusion à la surpêche que permet très facilement ce genre de bâtiment. Le 25 septembre 2020 au port de Concarneau (Finistère), date et lieu de baptême du Scombrus, ils étaient ainsi 200 à manifester contre cette "folie des hommes". Quand on sait que 80% de la flotte de pêche française fait moins de 12 mètres, il est vrai qu'il y a de quoi s'interroger.

Normalement limité au golfe de Gascogne et à la mer du Nord, le Scombrus est censé y faire de la pêche pélagique (en haute mer) en respectant les quotas européens. Ses principales cibles sont le hareng, la sardine ou encore le chinchard qu'il destine aux marchés africain, est-européen et asiatique.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs