Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Aquaverse mêle NFT et jeu vidéo pour dépolluer les océans

Aquaverse mêle NFT et jeu vidéo pour dépolluer les océans

Fondée par 4 jeunes entrepreneurs en 2018, Aquaverse est une start-up née de leur volonté de nettoyer les océans du plastique et de la pollution en utilisant des fermes d'éponges. Une tâche démesurée qu'ils ont souhaité relever avec l'aide des nouvelles technologies, notamment celle aujourd'hui en vogue des NFT.

Le terme NFT, pour "Non-Fungible Token" ou "Jeton non fongible" en français, désigne tout à la fois un titre de propriété virtuel et le bien numérique ou même physique qui en fait l'objet. Se basant sur une technologie de chaînes en bloc comme les cryptomonnaies ("blockchain" en anglais), un NFT est unique et infalsifiable, tout en étant transférable. Des propriétés parfaites pour vendre de l'art numérique et c'est précisément ce que fait Aquaverse.

La start-up a appelé ses NFT les "Guardians of the Aquaverse". Au nombre de 9 999, ce sont des personnages fantastiques à la tête carrée, comme une éponge, et qui ont été générés aléatoirement. Mise en vente le 12 février 2022 pour 1,2 Elrond l'unité - une cryptomonnaie -, soit environ 190 euros au jour de la transaction, toute la collection a trouvé preneur en 24 heures. Bilan de l'opération pour l'entreprise : une levée de fonds d'un peu moins de 2 millions d'euros pour financer ses fermes. Une belle opération donc, surtout en sachant que 4 mois plus tard, l'Elrond a perdu le tiers de sa valeur…

Concrètement, ces fonds vont permettre à la start-up de construire deux bassins pour cultiver des éponges de mer. Ces animaux, qui filtrent l'eau pour se nourrir, peuvent en effet traiter jusqu'à 10 000, voire 20 000 litres d'eau par jour selon les espèces. Or, ce faisant, ils retiennent les polluants ainsi que les particules inférieures à 50 µm comme le microplastique, laissant ainsi sortir une eau décontaminée.

Après une maturation en bassin de culture, les éponges seront envoyées là où leur extraordinaire pouvoir de filtration pourra dépolluer l'eau. En parallèle, et toujours dans la continuité de sa mission, Aquaverse compte également commercialiser plusieurs produits dérivés de l'éponge de mer : isolant thermique, pads démaquillants, ou encore éponges de douche, avec comme promesse d'intéresser les possesseurs de "Guardians" aux ventes. Que de bonnes idées écologiques en somme, que l'on a hâte de voir se concrétiser à grande échelle.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs