Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un bateau qui collecte le plastique et en fait du carburant

Un bateau qui collecte le plastique et en fait du carburant
Photo: The Sea Cleaners

Le navigateur et aventurier Yvan Bourgnon s'est lancé dans un grand défi pour dépolluer les océans. Confronté à plusieurs reprises à la pollution plastique durant ses courses transocéaniques, il a décidé, avec l'aide de son association The Sea Cleaners, de construire le Manta, le navire ultime pour nettoyer les mers.

Le Manta doit son nom à la raie Manta et débarrassera les océans de son plastique en s'inspirant du majestueux animal : en filtrant l'eau. Le Manta sera un quadrimaran géant de 2 500 tonnes, long de 70 m pour 49 m de large et haut de 62 m. Sa mission ? Collecter le plastique flottant en pleine mer à l'occasion de plusieurs campagnes par an. Le bateau sera également capable d'opérer près des côtes et dans les principaux estuaires polluants de la planète.

Afin de pouvoir remonter rapidement de grandes quantités de déchets (600 mètres cubes à chaque voyage), trois tapis sont installés entre les coques et plongent jusqu'à 1 m sous l'eau. Les déchets ainsi capturés sont ensuite triés manuellement (jusqu'à 36 personnes peuvent travailler et vivre sur le bateau) puis compactés avant d'être livrés à terre. Le Manta disposera d'une capacité de stockage totale de 250 tonnes.

Tout le défi technologique du Manta réside dans la volonté de minimiser son empreinte carbone. Pour se faire, il sera équipé de quatre moteurs électriques combinés à quatre gréements Dynarig, le tout épaulé par plusieurs technologies de stockage énergétique optimisées pour l'énergie renouvelable. 2 000 m² de panneaux solaires viennent ensuite en renfort (100 kW), recouvrant tout le pont, appuyés par deux éoliennes verticales (500 kW). Tout cela permet au navire d'être autonome et de se déplacer rapidement vers des zones où la pollution est très dense. Il pourra même utiliser une partie du plastique récupéré pour produire du carburant par pyrolyse dans un four !

Pour l'instant, le Manta n'est qu'au stade de projet, mais après des milliers d'heures à travailler sur sa faisabilité, tout est fin prêt pour que le voir se concrétiser. Reste le besoin en financement de 30 millions d'euros à couvrir, besoin pour lequel The Sea Cleaners a lancé plusieurs campagnes. Il est ainsi possible d'aller sur leur site pour faire un don, que l'on soit un particulier ou un organisme, ou pour devenir mécène et soutenir le projet.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.