Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Rangerbot, le robot qui prend soin des coraux

Rangerbot, le robot qui prend soin des coraux

En Australie, la grande barrière de corail se porte de plus en plus mal, mais l'espoir renaît avec la mise en service du Rangerbot. Il s'agit un robot sous-marin autonome capable de combattre le principale responsable de la dégradation des coraux, l'étoile de mer tueuse aussi appelée Couronnes d'épines.

Cette étoile de mer fait des ravages dans les barrières de coraux, puisqu'elle les dévore. Jusqu'ici, les dommages se sont accumulés car rien ne pouvait lutter contre cette tueuse maritime. Si on ajoute à cela les effets néfastes du réchauffement climatique, on comprend l'inquiétude qui entoure l'état de la Grande Barrière de Corail Australienne.

Mais le salut pourrait venir du Rangerbot, un drone aquatique conçu, notamment, pour combattre cette étoile de mer. Cet appareil autonome est en effet capable de détecter la couronne d'épines (avec une précision de 99.4%) et de lui injecter un poison mortel. Il pourrait ainsi permettre d'endiguer la disparition des coraux en neutralisant la plus grande partie de ces étoiles de mers nocives.

Le Rangerbot va être testé dans des conditions réelles, par une équipe de chercheurs de l'université de technologie du Queensland (QUT). Prometteur, ce robot sous-marin est capable de se glisser dans des zones jusqu'ici inaccessibles et de cartographier les récifs coralliens. Contrairement aux appareils utilisés dans l'eau habituellement, celui-ci ne se sert pas de systèmes acoustiques pour se guider mais bien d'un système de vision relié à un ordinateur. De quoi l'aider à trouver les étoiles de mer meurtrières mais également à surveiller l'état de pollution de l'eau, l'ensablement ou les espèces marines de la zone en question.

Avec une batterie qui lui offre 8 heures d'autonomie, le Rangerbot fait renaître l'espoir auprès des défenseurs de la nature, qui se désolent des dégâts engendrés chaque année sur cette barrière de corail pourtant inscrite au patrimoine de l'Humanité. Les créateurs de ce drone aquatique affirment avoir essayé de le rendre à la fois efficace et abordable. Ainsi, si les essais sont concluants, ils espèrent que le Rangerbot pourra se substituer aux plongeurs humains dans les prochaines années. Son autonomie sous l'eau et sa faculté à atteindre des zones dangereuses pourraient permettre de sauvegarder la Grande Barrière de Corail, pendant qu'il est encore temps.

Par Mickael
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.