Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Les micro-billes plastiques interdites dans les cosmétiques

Les micro-billes plastiques interdites dans les cosmétiques

Depuis le 1er janvier 2018 en France, les cosmétiques contenant des micro-billes de plastiques sont interdits à la vente. Une résolution prise dans le cadre de la loi Biodiversité et qui fait écho à la lutte de plus en plus musclée contre le plastique.

Vous ne le saviez peut-être pas, mais dans certains de vos produits cosmétiques pouvaient se trouver des micro-billes de plastique (taille inférieure à 5 mm). Savons, gels douches, exfoliants bien entendu, mais aussi dentifrices, les familles de produits touchés par cette invasion silencieuse est effarante. Enfin, invasion, pas vraiment puisque les micro-billes sont insérés à escient dans tous ces produits : dans les dentifrices, elles permettent de faire briller l'émail durant le brossage pour des produits estampillés "spécial blancheur" ou qui blanchissent "dès la première utilisation". Cette propriété abrasive est aussi exploitée dans les soins exfoliants pour nettoyer l'épiderme. Vous avez peut-être même pu sentir ces micro-billes lorsque vous vous passiez le gommage sur la peau.

Le problème, c'est que ces micro-billes polluent sournoisement. Lorsque nous nous rinçons en effet, elles prennent le chemin des égouts où les stations d'épuration ne sont pas équipées pour les retenir. Elles se retrouvent alors tôt ou tard dans les rivières puis dans la mer et ce sont des milliards de milliards de micro-billes qui sont rejetées dans la nature. L'ennui, c'est que tout ce plastique est insoluble, non biodégradable et assez petit pour s'immiscer dans toute la chaîne alimentaire.

Pour ne rien arranger, ce sont également des éponges à produits toxiques et polluants : PCB, insecticides, métaux lourds, tout s'y accroche. Elles concentrent alors ces produits dans les huîtres, poissons et autres animaux qui les ingèrent, ce qui menace potentiellement la qualité de ce que nous allons avoir dans nos assiettes. Pire, on retrouve déjà aujourd'hui du micro-plastique dans le sel de table, la bière ou même le miel.

Maintenant que l'utilisation de micro-billes de plastique est bannie, les industriels se sont adaptés. Certains utilisent un produit abrasif par excellence, le sable, tandis que d'autres se sont penchés sur les coques de noix pour une solution largement plus écologique que le plastique.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.