Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Pour vivre un peu plus vieux, prenez des vacances !

Affirmer que partir en vacances nous fait du bien semble une évidence, mais quand c'est la science qui le prouve, on peut s'en réjouir. Après une étude de plus de 40 ans, des scientifiques sont arrivés à la conclusion que pour vivre plus vieux, il fallait prendre des congés. Une façon efficace de faire diminuer le stress et d'allonger notre espérance de vie.
Pour vivre un peu plus vieux, prenez des vacances !

On sait depuis longtemps que le stress est un facteur qui influe négativement sur la santé, puisqu'il est responsable de nombreuses maladies cardiovasculaires. Et si plusieurs méthodes sont préconisées pour le faire diminuer, parmi lesquelles le sport ou une alimentation saine, aucune ne serait aussi bénéfique que le fait de prendre des vacances. C'est en tout cas ce qu'affirme cette étonnante étude.

Des sujets étudiés pendant 40 ans en Finlande

Des chercheurs de l'Université d'Helsinki en Finlande ont mené une analyse sur une durée de 40 ans, pour en arriver au constat suivant : les vacances sont nécessaires à une vie plus longue. Pour parvenir à de telles conclusions, ils ont suivi 1.222 hommes finlandais, entre 1974 et 2014. Les cobayes, tous nés entre 1919 et 1994, et présentant au moins un facteur de risque cardiovasculaire (comme le tabagisme, l'hypertension, une situation de surpoids, une intolérance au glucose ou un taux de cholestérol élevé), ont été divisés en deux groupes.

Le premier – appelé groupe de contrôle – était composé de 610 sujets, tandis que le second – identifié sous le nom de groupe d'intervention- comptait 612 membres. Pendant cinq ans, on a dirigé ces deux groupes de la façon suivante : au premier, le groupe de contrôle, les chercheurs ont laissé une liberté d'action totale sur leur vie. Les 610 hommes ont ainsi pu garder leurs habitudes quotidiennes.

Le second groupe a dû, tous les 4 mois, suivre les conseils et les instructions que les scientifiques leur prodiguaient avec pour objectif une amélioration de leur santé. Les suggestions des spécialistes devaient aider les 612 sujets à arrêter de fumer, à contrôler leur poids, à améliorer leur sommeil ou à se maintenir en bonne forme physique. En cas d'inefficacité de ces conseils, des prescriptions médicamenteuses étaient alors faites pour aider le patient à améliorer son état de santé.

Après 15 ans d'expérimentation (en 1989), les premiers résultats sont formels : le groupe qui a suivi les conseils des chercheurs présente 46% de risque cardiovasculaire en moins. Toutefois, cette logique implacable va être mise à mal par la suite.

Plus de vacances pour faire baisser le stress

L'étude s'est poursuivie jusqu'en 2014, et les résultats se sont alors inversés. Entre 1989 et 2004, le taux de mortalité est devenu bien plus élevé chez le groupe d'intervention, avant de se stabiliser entre 2004 et 2014.

Il a donc fallu trouver la cause de ce revirement surprenant, et les scientifiques ont analysé des données jusqu'ici secondaires : le sommeil, le rythme de travail et les vacances. Et c'est ainsi qu'ils se sont rendu compte que les hommes qui prenaient moins de trois semaines de vacances par an avaient 37% de risque en plus de décéder.

Ainsi, prendre des vacances plus longues serait bel et bien une manière de prolonger sa vie, puisque les effets des conseils pour une vie plus saine donnés au groupe d'intervention ont été annulés par un manque de repos et un stress accru.

Notre quotidien responsable des maladies cardiovasculaires

La solution pour diminuer les risques cardiovasculaires serait donc de prendre suffisamment de vacances, mais pas de n'importe quelle façon. En effet, de nombreuses personnes n'arrivent pas à se déconnecter lorsqu'elles ne travaillent pas. Les accros à leurs e-mails et à leur smartphone même pendant leurs congés, qui n'arrivent pas à couper du travail, devraient donc revoir leurs priorités !

Le stress, causé par un rythme de vie effréné, est l'un des principaux responsables des maladies cardiovasculaires. Pour le réduire, rien de tel qu'un bon bain de soleil sur une plage, ou une balade en nature, loin de toutes les tentations connectées de la société.

Par Mickael Mis à jour le 28/01/2019
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.