Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Quand l'océan se boit : ces eaux minérales puisées en eau profonde

Saviez-vous qu'il était possible de récupérer de l'eau potable depuis les fonds marins ? Une eau présentée comme très pure dans le commerce, tout en étant estampillée d'une ribambelle d'autres adjectifs qui en vantent les mérites. C'est une boisson à la fois insolite et encore assez confidentielle aujourd'hui, que certains n'hésitent pas à vendre à prix d'or.
Quand l'océan se boit : ces eaux minérales puisées en eau profonde

Nos océans ne sont pas avares de ressources. S'y trouvent évidemment d'importants stocks de nourriture, mais aussi de précieux métaux pour fabriquer des batteries électriques, et même de quoi produire de l'électricité grâce aux vagues. Plus étonnant encore, des pionniers ont trouvé le moyen d'y puiser de l'eau potable qu'ils embouteillent et vendent ensuite dans le commerce. Une bien curieuse eau minérale vendue comme une innovation et qui apporterait santé et bien-être à ceux qui la consomment.

Une eau qui vient du fond de la mer

Il n'y a pas beaucoup de moyens d'extraire de l'eau potable depuis les profondeurs de l'océan. Certaines marques affirment par exemple avoir découvert des poches d'eau douce en profondeur. À les entendre, ce sont des oasis de pureté préservées en l'état grâce aux différences de salinité et de température qui existent entre ces poches et l'eau de mer qui les entoure.

D'autres marques (la majorité) affirment procéder au dessalement d'une eau pompée par 300 mètres ou plus de profondeur. L'intérêt d'aller aussi loin est simple : l'eau des abysses ne se mélange pas avec l'eau en surface, ce qui garantit sa pureté. En revanche, pour atteindre une telle distance sous les flots, mais aussi pour éviter au maximum la pollution, la collecte doit se faire à plusieurs centaines de kilomètres des côtes. On utilise alors soit un bateau, la solution la plus pratique, soit un long pipeline. Le dessalement proprement dit est le plus souvent effectué par osmose inverse, un procédé qui permet par la même occasion de filtrer l'eau de mer. Dans le cas où l'exploitation se fait par bateau, l'eau peut ensuite être directement embouteillée à bord pour gagner du temps.

L'autre façon de faire, enfin, est de collecter les sels minéraux présents dans les profondeurs des océans - à plus de 600 mètres sous la surface -, toujours par souci de pureté. Ils seront ensuite injectés dans de l'eau purifiée, un procédé qui permet de garder la main sur la qualité de l'eau, sans trop complexifier la production de l'eau minérale.

Des vertus pour la santé ?

Se déclinant en eau plate, pétillante et même parfumée, l'eau minérale venue des abysses est présentée comme excellente pour la santé. Les principaux arguments des marques tournent d'ailleurs tous autour de cette thématique avec une eau vendue comme régénérante, énergisante, équilibrante, ou encore revitalisante. En se basant sur les bienfaits de la mer sur notre corps, elles soutiennent également que l'eau minérale marine a des effets positifs concrets, comme une meilleure régulation de la pression artérielle ou encore la limitation des risques cardiovasculaires.

Parce que puisée à plusieurs centaines de mètres sous les mers, cette eau minérale est aussi vantée pour son extrême pureté. Quelques marques vont même jusqu'à soutenir que leur eau est tellement immaculée qu'elle est deux fois plus déshydratante qu'une eau de source normale ! Mais si l'eau de mer est effectivement remplie d'oligo-éléments qui peuvent nous aider à être en meilleure santé, la réalité est tout autre lorsqu'on la met en bouteille.

Une réalité à mitiger

Le premier constat est assez simple : dessaler l'eau de mer et la purifier par osmose inverse élimine certes efficacement les molécules pouvant la polluer, mais cela la débarrasse aussi des oligo-éléments qu'elle contient naturellement. On a ainsi une eau très pure, mais délestée de sa concentration en sels minéraux tant vantée par les fabricants. Les taux de magnésium, de potassium ou encore de calcium deviennent ainsi tellement bas qu'ils passent même en dessous de ce que l'on retrouverait dans une simple bouteille d'eau de source.

Quant à l'eau dans laquelle on aurait injecté des minéraux prélevés tout au fond de l'océan et qui, logiquement, devrait tenir ses promesses, elle ne fait pas mieux. En réalité, là encore, elle égale rarement nos bonnes vieilles bouteilles d'eau et perd même le plus souvent la comparaison.

Finalement, si elle reste tout à fait potable (et en fin de compte, c'est bien là tout ce qu'on demande à une eau qui se boit), l'eau minérale puisée tout au fond de nos océans n'est pas la panacée qu'on voudrait bien nous faire avaler. En tout cas, pas de quoi réellement justifier un prix qui varie de 2 à 11 euros le litre, là où un pack de 6 bouteilles de 1,5 litre d'eau "normale" est vendue entre 3 et 4 euros.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 07/06/2022
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs