Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le Glaucus atlanticus, une créature de science-fiction

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Glaucus atlanticus fascine. Élégant et géométrique, arborant des couleurs vives et électriques, il évoque plus une création design qu’une créature marine. La preuve vivante que la nature fait bien les choses.

On le surnomme dragon limace, dragon bleu des mers, ou tout simplement dragon bleu. Les caractéristiques atypiques du Glaucus atlanticus échauffent l’imagination de tous ceux qui le croisent. Difficile de croire que cet animal a vu le jour sur notre planète, ce qui est pourtant bien le cas. Zoom sur une créature venue d’ici.

Anatomie d’un dragon

Le Glaucus est un animal marin classé dans le groupe des nudibranches. C’est un gastéropode et un mollusque qui aime évoluer dans des eaux tropicales et tempérées. Vous le croiserez donc dans l’Océan Pacifique, l’océan Indien, dans le golfe du Mexique, la Méditerranée ou encore la mer des Caraïbes. Il est cependant le plus fréquemment rencontré dans l’océan Atlantique d’où il tire son patronyme « atlanticus ».

On remarque tout de suite sa morphologie inhabituelle. Pour certains il évoque un dragon, pour d’autres une hirondelle, dans tous les cas il ne passe pas inaperçu avec ses couleurs : une large palette de bleu métallique, accompagné de nuances de gris argentés et de noir. Il a un corps plutôt aplati avec des groupes de branches latérales nommés « cerata » qui forment ses « ailes ». Bien qu’il ait une structure assez complexe, un glaucus atlanticus ne mesure pas plus de 6 cm de long.

Un étonnant mode de vie

Le glaucus atlanticus vit d’une façon bien particulière : avec le ventre affleurant à la surface de l’eau grâce à un flotteur contenu dans son estomac. Cette façon de nager lui permet de passer inaperçu auprès d’éventuels prédateurs venus des airs. Pour se défendre plus efficacement, il n’hésite pas à réutiliser à son profit les substances urticantes des animaux dont il se nourrit. Les portites, les tentacules de vélelles ou encore des terribles physalies font ainsi les frais de ses mâchoires chitineuses. Le dragon limace préfère s’attaquer aux proies les plus venimeuses pour ensuite re-stocker leurs nématocystes (cellules à fort pouvoir urticant) au bout de ses "ailes". De ce fait, il est tout à fait déconseillé de manipuler un Glaucus atlanticus sans protection !

Signes particuliers du glaucus

Le glaucus est hermaphrodite (chaque individu possède en même temps des attributs mâle et femelle) mais ne peut toutefois pas s’autoféconder. Lors de la reproduction, les deux partenaires se mettent face à face pour accoler leurs faces ventrales et à l’issue de la fécondation, chaque individu pondra une dizaine à une trentaine d’œufs en chapelet.

Comme tous les gastéropodes, le glaucus est lent, très lent : il arrive à faire environ un mètre en une heure. Le plus souvent, il se laissera volontiers porter au gré du courant. Sa survie est intrinsèquement lié à l’eau et il dépérira rapidement s’il est en est sorti. Alors s'il vous arrive d'en trouver un au fond de l'océan, soyez généreux : laissez-le où il était.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 17/03/2014
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.