Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une station flottante écolo remporte un prestigieux prix d'architecture

Une station flottante écolo remporte un prestigieux prix d'architecture

Un bien étrange mais très abouti concept de station flottante géante remporte le Grand Prix 2020 dans la catégorie "Architecture et innovation pour la mer" de la Fondation Jacques Rougerie.

Créée en 2009, la Fondation Jacques Rougerie est une initiative pensée par l'océanographe et architecte du même nom pour encourager l'émergence de nouvelles techniques durables liées à l'habitat dans les océans et dans l'espace. Pour ce faire, la fondation organise depuis 2011 un concours architectural annuel aux catégories variées. Parmi elles, la catégorie "Prix Architecture et innovation pour la mer" dont le Grand Prix 2020 a été attribué à une imposante et futuriste station marine baptisée The 8th Continent.

Pensée par l'architecte slovaque Lenka Petrakova, The 8th Continent est définie par sa créatrice comme une station flottante qui "nettoie l'océan et rétablit l'équilibre dans le milieu marin". Sa mission principale est ainsi de collecter les débris plastiques pour les recycler et pour cela, elle est équipée de longues barrières flottantes conçues de telle manière qu'elles ne capturent que le plastique, laissant indemne les animaux marins. Les déchets capturés atterrissent ensuite dans un collecteur pour y être triés, stockés et biodégradés.

L'immense station futuriste se doit également de servir la science, c'est pourquoi son architecte y a inclus un centre de recherche océanographique ainsi qu'un centre de formation. Des quartiers d'habitation ont également été ajoutés, incluant évidemment des appartements, mais aussi des espaces publics et des espaces verts.

L'eau potable doit être recueillie par condensation et produite par désalinisation. L'eau usée est recyclée pour être soit réutilisée, soit utilisée pour arroser les cultures hydroponiques de la station. Enfin, pour produire l'énergie nécessaire au fonctionnement de toute la superstructure, non seulement des panneaux solaires sont présents sur les toits des bâtiments de la station, mais ses barrières de rétention de plastique lui permettent aussi de recueillir l'énergie houlomotrice des vagues.

Vrai défi technologique, la station visionnaire de Lenka Petrakova est aussi un challenge architectural avec ses bâtiments en corolles interconnectées, posés sur une plateforme tentaculaire. Un concept qu'elle a mis 3 ans à mettre au point.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs