Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une batterie océanique pour faire marcher les éoliennes en mer

Une batterie océanique pour faire marcher les éoliennes en mer

L'exploitation d'énergies vertes se heurte depuis longtemps à des contraintes techniques incompressibles. Dans le domaine de l'éolien offshore par exemple, impossible de produire de l'électricité lorsque le vent est aux abonnés absents. Un aléa qui grève lourdement l'éolien puisque si la mer est d'huile et les pâles des éoliennes au repos, les besoins en électricité, eux, demeurent. Pour tenter d'y remédier, une start-up néerlandaise, Ocean Grazer, a développé une technologie plus qu'intéressante : la batterie océanique.

Sobrement baptisée "Ocean Battery", l'innovation de la start-up vient se greffer aux éoliennes en mer afin de leur permettre de produire de l'électricité même en cas de calme plat. Mais attention, le nom de la technologie est trompeur, car posée à même le plancher océanique pour tirer parti de la pression hydrostatique, cette batterie océanique ne contient en fait aucun accumulateur. Vu son fonctionnement, il est même plus juste de parler de pompe de secours que de batterie.

Le système se compose de trois principaux éléments : une citerne en béton armé de 20 000 m³ en basse pression que l'on enterre sous le plancher océanique ; une citerne souple et élastique posée sur le fond marin ; et entre les deux, un système de turbines comme on en trouve dans les centrales hydrauliques. Pour fabriquer de l'électricité, on fait tout d'abord passer l'eau de mer stockée dans la citerne basse pression vers la citerne souple. Là, en exploitant la pression régnant dans les profondeurs, l'eau est expulsée à grande vitesse sur les turbines qui vont alors produire de l'électricité avec une efficacité comprise entre 70 et 80 %.

Ocean Grazer annonce sa solution comme évolutive et facilement déployable, tant sur un nouveau parc que sur des installations déjà existantes. Elle est robuste et peut fonctionner pendant plus d'une vingtaine d'années avec des sollicitations quotidiennes. Mais le meilleur, c'est qu'en donnant la possibilité aux fermes éoliennes de répondre de manière uniforme à la demande en électricité, la batterie océanique leur permet d'équilibrer cette demande avec l'offre. Ce faisant, elle nous rapproche un peu plus du rêve du 100 % énergie renouvelable.

En présentant l'Ocean Battery à l'édition 2022 du grand salon "Consumer Electronics Show" (CES), Ocean Grazer y a gagné le prix de l'innovation, de même qu'un investisseur. Les choses s'accélèrent ainsi pour la start-up avec un premier test grandeur nature prévu pour 2023 dans un lac des Pays-Bas. Les essais en pleine mer, eux, sont prévus pour 2025.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs