Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un enfant néandertalien a marché sur cette plage

Un enfant néandertalien a marché sur cette plage

Une équipe de paléoanthropologues a découvert, sur une plage d'Espagne, 80 empreintes fossilisées appartenant à un groupe de 36 néandertaliens – enfants et adultes – pour ce qui serait à ce jour les empreintes les plus anciennes découvertes en Europe.

C'est sur la plage de Matalascañas, dans le parc national de Doñana (le plus grand parc naturel protégé d'Europe, situé près de Séville dans le sud du pays), qu'un couple de biologistes est tombé sur des empreintes parfaitement conservées. Si au départ, les scientifiques n'ont identifié que des traces d'animaux fossilisés - des cerfs et des sangliers -, l'équipe dépêchée pour les analyser s'est rendu compte après deux mois de travail de la présence de traces de pas imprimés dans la roche.

Ces empreintes appartiendraient à un groupe de 36 néandertaliens, comprenant 25 adultes et 11 enfants, et plus précisément 14 hommes, 5 femmes et 6 individus dont le sexe n'a pas pu être déterminé. Elles ont réapparu à la suite de marées et de fortes tempêtes qui ont touché la plage espagnole et il s'agit des plus anciennes empreintes de Néandertal jamais découverte en Europe, puisqu'elles dateraient d'il y a 106.000 ans.

L'étude de ces traces a permis de déterminer la taille des différents individus présents, comprise entre 1,30 et 1,50 mètre. Toutefois, quatre empreintes plus marquées semblent appartenir à une personne mesurant environ 1,80 mètre, ce qui est peu commun et peu probable pour l'époque. Les scientifiques penchent donc plutôt pour des traces laissées par un membre plus lourd que les autres, ce qui justifierait leur impression plus profonde dans le sol.

Deux empreintes ont retenu l'attention des chercheurs, puisqu'elles appartiendraient à un enfant d'environ 6 ans, s'amusant dans le sable. Il semble probable que pendant que les adultes, chasseurs-cueilleurs, s'attelaient à pêcher ou à traquer un gibier en bordure de l'eau, les petits s'amusaient en gambadant dans le sable, comme le feraient les enfants d'aujourd'hui. Elles correspondraient même à une attitude de danse ou de saut, du fait de leur irrégularité.

On sait que la région était habitée par l'homme de Néandertal à cette époque, car divers outils ont été découverts à proximité par le passé. Cette nouvelle découverte permet d'en apprendre un peu plus sur les us et coutumes de l'espèce Homo Neanderthalensis, pas si différente de l'Homo Sapiens qui serait le premier représentant de notre espèce.

Entre 2012 et 2015, plus de 257 empreintes de pas néandertalienne ont été découverte sur le site archéologique du Rozel dans la Manche, et les progrès technologiques dans le domaine de la paléontologie devraient certainement permettre de dénicher d'autres précieux témoignages du passé dans les années à venir.

Par Mickael
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs