Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

On a marché sur la plage... il y a 800.000 ans !

On a marché sur la plage... il y a 800.000 ans !Photo: Nick Ashton et al., Plos One

C'est une incroyable découverte qui a été faite sur une plage d'Angleterre : en 2013, des chercheurs sont tombés par hasard sur des traces de pas humains, datant de près d'un million d'années !

Les falaises de Happisburgh sont victimes d'érosion, grignotées par les vagues de la mer du Nord. Ce phénomène, généralement décrié, a pourtant permis de révéler d'étranges marques dans la roche. Une équipe scientifique, venue en mai 2013 pour étudier le site, est ainsi tombée nez à nez sur des traces de pas, sur une zone d'environ 12 m².

Les chercheurs se sont empressés de photographier leur découverte, notamment à l'aide de photogrammétrie 3D. Une fois analysés, les clichés ont permis d'affirmer qu'il s'agissait bien de pieds humains. Les données géologiques relevées sur place ont indiqué une datation particulièrement ancienne : entre 0,78 et 1 million d'années.

Ce qui rend la découverte extraordinaire, c'est que les preuves de la présence de nos ancêtres en Europe sont très rares. D'ailleurs, il s'agit là des plus anciennes traces de pas découvertes hors de l'Afrique. Les 152 traces ainsi mises à jour seraient celles d'un groupe d'adultes et d'enfants, appartenant à l'espèce des Homo Antecessor et marchant tous ensemble le long d'une rivière. Les individus mesuraient alors entre 93 cm et 1,73 m, pour un poids oscillant de 48 à 53 kg.

Si les fouilles archéologiques vous passionnent et que vous mourez d'envie de mettre vos pieds dans les pas de nos ancêtres, vous risquez d'être terriblement déçus. Depuis la découverte des chercheurs, les marées ont emporté avec elles ces fragiles souvenirs.

Par Guillaume Daveluy
Pour recevoir la newsletter