Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Des requins signalent leur présence sur Twitter

Des requins signalent leur présence sur Twitter

L'utilisation des réseaux sociaux ne semble pas réservée uniquement aux humains : depuis peu, des requins envoient des tweets sans le savoir !

Surf Life Saving, un organisme de sauvetage situé sur la côte ouest de l'Australie, a mis en place un étonnant système de prévention des requins. Des chercheurs placent des émetteurs sur les squales, qui déclenchent une alerte lorsqu'ils s'approchent des côtes.

Ces émetteurs envoient alors un tweet sur le compte de l'association, @SLSWA, avertissant les abonnés de la présence des requins près des plages ainsi localisées. Le message comprend non seulement la localisation à une heure précise mais aussi l'espèce concernée.

Pour arriver à cela, les requins sont traqués puis immobilisés, le temps de leur implanter les émetteurs. Ceux-ci envoient ensuite un signal à des balises immergées près des zones de surf. Tout squale s'approchant à moins de 400 mètres d'une balise est détecté, affichant immédiatement un message d'alerte sur les téléphones des sauveteurs, surfeurs et baigneurs.

Ce système révolutionnaire s'ajoute aux techniques déjà en place, comme la surveillance des plages, les patrouilles des gardes-côtes ou les survols en hélicoptère. Elle présente néanmoins une limite : seuls quelques requins ont été pour le moment pourvus d'émetteurs, sur les milliers que compte le littoral australien.

Un autre défaut est pointé du doigt par les défenseurs des animaux : ce système de géolocalisation permettrait à des chasseurs de requins de tuer plus facilement leurs proies.

Par Guillaume Daveluy
Pour recevoir la newsletter