Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Les drapeaux de plage et leur code couleur

Quand on va à la plage, on voit parfois des drapeaux claquer ostensiblement dans le vent, bien à la vue de tous. Ils ont évidemment une signification, mais il faut bien avouer que celle-ci nous échappe très souvent. Rouge, jaune ou encore à damier, faisons donc une petite virée dans le monde des drapeaux de plage pour mettre tout cela au clair.
Les drapeaux de plage et leur code couleur

Le bord de mer est un endroit magique, propice à la détente et à la trempette. Mais si patauger dans l'eau et se lancer dans quelques brasses est bien agréable, il ne faut jamais oublier que la mer est un environnement dangereux, et ce, à plus d'un titre. C'est d'ailleurs pour le rappeler aux nageurs qu'un certain André Louis Bordillon a imaginé un système plutôt ingénieux : les drapeaux de plage.

Une invention brévinoise

André Louis Bordillon était un Couëronnais de naissance, mais un Brévinois de cœur. Né en 1882, c'est donc à Saint-Brévin-les-Pins qu'il s'installe définitivement et y devient même premier adjoint au maire. L'océan avait pris une place importante dans sa vie. Président de la station des Hospitaliers sauveteurs bretons, l'un des ancêtres des sauveteurs de la SNSM, cet ingénieur naval avait aussi été fait Chevalier du mérite maritime pour services exceptionnels. C'est dire le dévouement que voue l'homme à la mer et à ses pairs.

C'est dans les deux années précédant celle de sa mort (1958) qu'André Louis Bordillon eut l'idée qui allait le mener à la postérité. Pour prévenir les baigneurs des éventuels dangers à se mettre à l'eau, il imagina un mât monté sur chacun des deux postes de secours de sa commune, celles de l'Océan et d'Edouard-Branly. On y hissait alors un drapeau en fonction de la situation : vert si tout va bien, jaune si la baignade est dangereuse, rouge si elle est interdite. Les drapeaux de plage étaient nés !

Aujourd'hui, les drapeaux se sont enrichis de nouvelles couleurs pour être plus exhaustifs. Les trois signalétiques d'origine, elles, sont restées.

Le drapeau vert

Un drapeau vert veut dire "Baignade surveillée sans danger apparent". Météo clémente, aucun danger à l'horizon, maîtres-nageurs sauveteurs à leurs postes, on peut donc profiter comme il se doit et nager jusqu'à plus soif.

drapeau vert

Le drapeau jaune

Ce drapeau signifie qu'il y a un risque modéré à nager dans la zone surveillée (mer agitée, grosses vagues, etc.). La baignade devient ainsi déconseillée, mais reste autorisée puisque des sauveteurs continuent à surveiller la plage. La traduction de ce drapeau est "Baignade surveillée avec danger limité ou marqué".

Le drapeau rouge

Sans doute le plus simple de tous à comprendre, un drapeau rectangulaire rouge signifie "Baignade interdite". Il n'est hissé que dans les zones où la baignade est surveillée, dès que les conditions météorologiques sont trop dangereuses pour se baigner. Quelquefois cependant, ce drapeau est également monté lorsque le sauveteur doit s'absenter. Il prévient ainsi que la plage n'est plus surveillée.

Il existe une variante triangulaire à ce drapeau, parfois assortie d'un panneau d'interdiction de se baigner. Elle signifie "Interdiction temporaire de la baignade en dehors de la zone surveillée". Cette variante est utilisée en cas de danger temporaire comme la formation d'une baïne dans la zone, par exemple. Elle n'est ainsi pas placée sur le poste de secours comme les autres drapeaux, mais directement installée au niveau du danger puisque la zone où elle se trouve n'est de fait plus surveillée par un sauveteur.

Le drapeau violet

Tout comme le drapeau rouge, le drapeau violet est une interdiction formelle de se baigner. Conséquence identique, mais raisons différentes, d'où l'emploi d'une autre couleur. Le plus souvent, un drapeau violet est levé sur un bord de mer si des traces inquiétantes de pollution sont découvertes dans l'eau. Cela peut être une pollution chimique, bactériologique ou tout simplement une pollution due à la présence d'hydrocarbure.

Un drapeau violet peut également être hissé si une prolifération de méduses ou de tout autre espèce représentant une menace pour l'Homme est détectée. Dans certains cas enfin, ce drapeau est aussi utilisé pour interdire la baignade sur une zone protégée.

La traduction officielle d'un drapeau violet est "Pollution ou présence d'espèces aquatiques dangereuses, zone marine et sous-marine protégées".

Le drapeau rouge et jaune

La signification d'un drapeau de plage rouge et jaune est "Zone de baignade surveillée pendant les horaires d'ouverture du poste de secours". Ils sont plantés de part et d'autre de la zone surveillée de manière à en marquer les limites. Si cette zone est large, les drapeaux peuvent être complétés par des flèches directionnelles indiquant de manière explicite la zone de baignade surveillée. Des drapeaux répétiteurs peuvent même être posés afin de rappeler le statut de la baignade.

drapeau rouge et jaune

Le drapeau à damier noir et blanc

Ce drapeau est là pour avertir les baigneurs qu'ils sont dans une zone d'activités nautiques et aquatiques (pédalo, kitesurf, etc.). En soi, la baignade n'y est pas interdite, cependant, elle se fera aux risques et périls du nageur.

La manche à air orange

Une manche à air n'est pas à proprement parler un drapeau, mais elle fait partie de la panoplie des drapeaux de plage, pour une bonne raison : elle sert à signaler le sens et la force du vent.

La manche à air est appelée "indicateur de vent de terre" dans le jargon. C'est un tube de tissu comme on peut en voir dans les aérodromes sauf qu'il ne sert pas ici aux pilotes, mais aux utilisateurs de bouées, de matelas et autres équipements nautiques flottants, qu'ils soient gonflables ou pas d'ailleurs. Ces personnes sont en effet particulièrement vulnérables au vent de terre, c'est-à-dire au vent qui souffle vers le large, car il peut tout bêtement les emporter en pleine mer.

Lorsque le vent souffle un peu trop fort, l'indicateur de vent de terre permet d'en connaître à la fois le sens (vers là où pointe la manche) et la force (plus la manche sera perpendiculaire à son mât, plus le vent souffle fort). Si un vent fort souffle vers le large, le premier réflexe sera donc d'arrêter d'utiliser son équipement pour éviter de dériver loin de la côte.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 29/11/2021
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs