Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un robot pour explorer les océans extraterrestres

Un robot pour explorer les océans extraterrestres

La NASA vient de dévoiler un prototype de robot explorateur peu commun pour ses missions spatiales : BRUIE, un robot sous-marin spécialement conçu pour affronter les glaces des océans extraterrestres.

Dans les années 1970, la NASA a commencé à développer un ambitieux programme d'exploration spatiale vers Jupiter et ses nombreuses lunes. Le projet aboutit à la création de la sonde Galileo et en 1989, celle-ci s'élança vers son objectif. Arrivée à destination, la sonde révéla quelque chose d'intrigant sur la lune Europa : un océan salé coincé sous 10 à 20 km de glace. A en croire les données relevées, cet océan pourrait contenir jusqu'à 2 fois plus d'eau que la Terre et accueillir tous les ingrédients nécessaires au développement d'organismes simples. Autrement dit, de la vie extraterrestre.

A l'époque, il manquait la technologie pour aller voir cela de plus près, mais grâce à BRUIE, la mission peut désormais continuer. Développé par la NASA, BRUIE, pour Buoyant Rover for Under-Ice Exploration, est un robot sous-marin d'un tout nouveau genre. Il a ceci de particulier qu'il ne nage pas sous la glace comme le ferait un sous-marin ordinaire, mais plutôt roule dessus. Oui, vous avez bien lu, le robot roule dans l'eau, à l'envers, sous la glace.

C'est possible en exploitant la poussée d'Archimède et en utilisant des roues crantées. Cette technique permet au robot de se mouvoir sans stabilisateurs et sans heurts. Cela lui évite aussi de gaspiller inutilement sa précieuse énergie quand il doit rester parfaitement immobile, comme quand il observera les profondeurs d'Europa avec ses caméras HD. Mesurant 1 mètre de long, BRUIE est également bardé de capteurs pour relever de nombreux paramètres conditionnant la présence de la vie : taux d'oxygène dissous, température, pression ou encore salinité.

Si envoyer BRUIE sur Europa n'est pas une difficulté pour la NASA, il reste tout de même à ses ingénieurs un défi de taille à relever : trouver le moyen de percer la très épaisse couche de glace qui recouvre l'océan d'Europa, aussi épaisse que 2 à 4 Mont-Blanc posés les uns sur les autres.

Si tout se passe bien, BRUIE s'envolera vers Europa en 2025.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.