Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

50 ans après, on a retrouvé le sous-marin La Minerve

50 ans après, on a retrouvé le sous-marin La Minerve
Photo: Histoire de la construction navale à Nantes

C'est un naufrage parmi d'autres. Mais ce n'est pas un naufrage comme les autres. La Minerve, un sous-marin de la Marine Nationale de classe Daphné lancé en 1962, a sombré le 17 janvier 1968 au large de Toulon avec 52 marins à bord au cours d'un exercice. La difficulté à rechercher le sous-marin par grande profondeur, ainsi que le secret défense pesant sur tout ce qui concerne ce bâtiment de guerre, ont empêché de lever le mystère de son emplacement exact, des raisons de son naufrage, et, pour les familles concernées, de faire leur deuil.

L'épave vient enfin d'être retrouvée 51 ans après son naufrage, à environ 45 km au large de Toulon, par 2400 mètres de fond, alors que le bâtiment était conçu pour une profondeur de 300 mètres. Les premières campagnes de recherche, entre 1968 et 1970 n'avaient rien donné. Mais en 2018, la ministre des Armées Florence Parly a donné son feu vert à une levée du secret défense et au lancement d'une nouvelle campagne, fructueuse celle-ci.

Plusieurs organismes ont collaboré à la recherche

C'est une collaboration entre de nombreuses entités qui a permis cette découverte. Notamment la Marine Nationale, propriétaire de La Minerve et qui connaissait le périmètre de l'exercice naval, mais également l'Ifremer pour la cartographie marine, le Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM) pour la direction des recherches et, enfin la société Ocean Infinity. Cette dernière entreprise s'est basée sur les indications de l'Ifremer pour procéder à des recherches grâce au Seabed Constructor, un navire de travaux équipé de plusieurs drones et deux sous-marins télécommandés. Ce bâtiment s'est illustré récemment car il a permis de localiser en novembre 2018 le sous-marin argentin San Juan qui était perdu corps et âme depuis le 15 novembre 2017.

Une pré-campagne a été menée par les organismes français qui ont mis en œuvre leurs propres moyens, à savoir le navire océanographique Pourquoi-Pas, le sous-marin Nautile, ainsi que le navire scientifique Antéa et son drone sous-marin Astérix afin de caractériser la zone de recherche et les fonds sous-marins des environs. Les relevés sismiques de l'époque ayant détecté l'explosion du navire, des nappes d'hydrocarbures retrouvées à la surface, la connaissance de la zone que devait rejoindre La Minerve pour cet exercice ainsi que le dernier appel radio et les caractéristiques techniques du sous-marin sont autant d'éléments du puzzle. Les progrès de la science ont permis d'affiner les résultats des premières enquêtes et de réduire le périmètre de recherche à seulement 800 km². La phase finale a été confiée à une entreprise privée afin de ne pas monopoliser davantage les moyens français propres et c'est donc Ocean Infinity qui a remporté l'appel d'offres.

Une découverte qui ne laisse planer aucun doute

La découverte de l'épave en plusieurs morceaux, dont l'un porte l'inscription "MINE" en grandes lettres rouges, ne laisse aucune place au doute concernant l'identification de la découverte. Mais les causes du naufrage ne sont toujours pas connues. Jusqu'à présent, l'hypothèse d'une entrée d'eau par le schnorchel créant une avarie de barre était privilégiée. Cependant, l'épave de La Minerve montre une destruction du centre du bâtiment par explosion. Le sous-marin n'était pas armé lors de ce funeste exercice, et la cause de l'explosion n'est pas connue avec certitude. Peut-être les batteries.

Si l'épave a pu être retrouvée, c'est aussi et surtout grâce à l'opiniâtreté d'un homme, Hervé Fauve, fils du commandant de La Minerve au moment du naufrage, André Fauve. Il a pu, mois après mois, retrouver et rassembler des proches des membres de l'équipage. Ensemble, ils ont pu convaincre la ministre des Armées de reprendre les recherches, avec un argument de poids. Si les techniques modernes ont pu permettre de retrouver le sous-marin argentin San Juan au fond de l'Atlantique, pourquoi ne pourrait-on pas retrouver La Minerve ?

Pour mémoire, l'Eurydice, un autre sous-marin de la classe Daphné, a sombré en Méditerranée en 1970. Si les raisons de ce naufrage sont tout aussi mystérieuses que celles de La Minerve, le bâtiment a toutefois été localisé la même année.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.