Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le chien de sauvetage, le meilleur ami du nageur

S'il est un animal avec qui l'Homme entretient une relation privilégiée, c'est bien le chien. C'est un allié qui secoure des victimes d'avalanche en montagne, aide les non-voyants dans leur quotidien ou encore piste les personnes disparues dans la jungle urbaine comme en pleine nature. Il travaille même à la plage où il n'hésite pas à mouiller le pelage pour sauver des vies.

Un chien de sauvetage en mer, plus exactement appelé "chien de sauvetage à l'eau" puisqu'il peut intervenir dans n'importe plan d'eau, est un animal spécifiquement dressé pour secourir des personnes en difficulté dans l'élément aquatique. Équipé d'une bouée qu'il traîne par sa gueule ou d'un harnais à anneaux qu'il porte autour du torse, ce chien secouriste peut remorquer une ou plusieurs personnes hors de l'eau et même haler une barque occupée jusqu'à un endroit sûr. Mais avant d'arriver à un tel résultat, il faudra bien sûr passer par la case dressage.

Un dressage qui commence tôt

Comme dans tout dressage à vocation professionnelle (sauvetage, recherche et détection, guide d'aveugle, etc.), le dressage d'un chien de sauvetage à l'eau prend du temps.

Tout commence à 4 mois, âge auquel le chiot est déjà orienté vers son futur métier par le biais de jeux et d'activités ludiques destinés à travailler son obéissance et son endurance. En grandissant, le chien sera ensuite entraîné progressivement à la nage, à ramener des objets jetés à l'eau, à apporter des objets à une personne dans l'eau (bouée, planche, ou même embarcation) ou encore à plonger sous l'eau pour récupérer d'autres objets ou des corps immergés.

Chien secouriste

L'apprentissage se fait de manière graduelle, mais soutenue, et est divisé en plusieurs parties impliquant à chaque étape un examen qui en sanctionne la validation. On distingue ainsi les 1er, 2ème et 3ème degrés qui constituent la phase d'apprentissage, et le Brevet de sauvetage en mer marquant la fin de la formation du chien et validant ses compétences en tant que chien de sauvetage en mer accompli. Pour des raisons évidentes, ce brevet n'est accessible qu'aux meilleurs, c'est à dire aux chiens ayant passé le 3ème degré avec la mention "excellent" et étant âgés de 2 ans ou plus.

Les races utilisées pour le sauvetage en mer

Le travail en eau en général et en mer en particulier est éprouvant pour le chien. Au-delà de la loyauté et de l'obéissance dont il doit faire preuve à tout moment, un chien de sauvetage en mer doit ainsi avoir de la résistance, un bon souffle et une tolérance accrue au stress. Il doit aussi avoir l'instinct de l'eau, un critère qui n'est pas si commun chez les canidés et que seules quelques races possèdent.

Chien secouriste

Les chiens vraiment efficaces en tant que secouristes en mer sont ainsi limités aux seuls Terre Neuve, Berger de Tatras, Landseer, Leonberg et Berger polonais, auxquels s'ajoutent les chiens dits retriever, les races les plus communément utilisées étant le Labrador et le Golden. Ce sont ce que l'on pourrait appeler des chiens d'eau, une affirmation que l'on peut aisément vérifier en avisant leurs pattes palmées.

Cela étant, le chien le plus utilisé par les brigades en mer reste le Terre Neuve pour ses nombreuses qualités : pugnacité, grande endurance, résistance au froid, calme inébranlable et grande force le caractérisent. C'est le chien de sauvetage en mer par excellence qui peut tracter jusqu'à 20 fois son poids !
Photos : Jen

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 09/01/2018
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.