Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un cargo à la dérive se dirige vers les côtes françaises

Publié le 01/02/2016

Un cargo à la dérive se dirige vers les côtes françaisesPhoto: Loïc Bernardin / AP / SIPA

Il fait 364 mètres de long, sans aucun maître à bord et se dirige droit vers le littoral français. Cela ressemble au pitch d'un film catastrophe mais c'est pourtant la trame qui se joue actuellement au large de l'Atlantique.

Le "Modern Express" est un roulier immatriculé au Panama, qui a quitté le Gabon pour se rendre au Havre. Mardi 26 janvier, alors qu'il navigue au large de l'Espagne, le navire est victime d'une forte gîte qui, vraisemblablement, déplace sa cargaison sur son flanc droit. Le cargo se couche alors sur le côté et lance un appel de détresse.

Stabilisé à un angle compris entre 40 et 50°, le bateau ne semble pas avoir d'entrée d'eau et ne devrait donc pas couler. Mais poussé par les vents, il continue d'avancer, à une vitesse d'environ 2 nœuds (moins de 4 km/h). Rien d'affolant dit comme ça, sauf que le navire a pris la direction des côtes françaises : il ne serait plus qu'à 230 km de La Rochelle.

Les 22 hommes d'équipage, tous philippins, ont été évacués par des hélicoptères espagnols. Et le "Modern Express" continue sa course, avec à son bord des tonnes de bois et d'engins de travaux. Pas de polluant à bord mais les réservoirs remplis de fuel pourraient provoquer une marée noire en cas d'échouage violent.

Les autorités souhaiteraient tracter le cargo jusqu'à un banc de sable pour le décharger avant de le remettre à flot, ou bien le remorquer jusqu'à un port. Mais les fortes rafales de vent, la houle importante et les creux de 4 à 6 mètres rendent l'opération impossible. Il va falloir attendre une accalmie côté météo pour que le cargo à la dérive puisse être maîtrisé, avant qu'il n'atteigne les plages françaises.

Si la dernière tentative de remorquage est vaine, le navire ira s'échouer sur les côtes landaises entre lundi 1er et mardi 2 février. Le préfet maritime de l'Atlantique, qui ne craint pas de marée noire, a assuré que les équipes accompagneraient le cargo jusqu'à son point d'échouage et que celui-ci serait précisé au fil des heures.

Mise à jour du 2 février
A 44 km des côtes, le cargo a finalement été "redressé" par un remorqueur espagnol, le Centaurus, qui l'a mis en direction du large. Le convoi fait route vers l'ouest, à 2 ou 3 nœuds. Les autorités espagnoles ont accepté d'accueillir le navire qui devrait trouver un port d'attache à Bilbao.

Pour recevoir la newsletter