Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Le point sur la qualité de l'eau en Europe

Le point sur la qualité de l'eau en Europe
Photo: Monika

Tout va bien en Europe. Du moins, côté baignade. Les Européens peuvent s'enorgueillir d'avoir une large majorité d'eaux de baignade d'excellente qualité dont la proportion est même en progression, passant de 79% en 2012 à 82,6% en 2013.

En tout, ce sont 22 000 points de baignade qui ont été contrôlés dans toute l'Union Européenne par l'Agence européenne pour l'environnement, faisant ressortir un peu moins de 21 000 zones comme répondant aux normes minimales de qualité admises dans l'Union (94,7% des zones de baignade pour être précis).

Parmi les bons élèves, citons la Suisse et Chypre dont tous les sites sont « d'excellente qualité ». Suivent ensuite Malte, la Croatie et la Grèce dont les taux de zones de baignade d'excellentes qualités sont respectivement de 98,9%, 94,9% et 93,2%. Des scores peu étonnants quand on sait que ces pays sont traditionnellement des destinations de vacances et que les États portent une attention toute particulière à l'entretien de leur secteur touristique.

Néanmoins, la part de zones de baignade de qualité insuffisante est en augmentation en Espagne et en France, la plus grande partie des sites rouges étant concentrée sur les côtes atlantiques espagnoles, la mer Baltique et les rives italiennes de l'Adriatique.

Pour arriver à ces résultats, l'Agence européenne pour l'environnement a compilé les mesures effectuées par les pays sur leurs points de baignade, des mesures portant sur la présence de bactéries pouvant provoquer des infections digestives (comme la tourista) ou des vomissements.

Pour terminer, l'AEE précise qu'en dépit de cette bonne nouvelle pour les baigneurs en Europe, la santé des écosystèmes marins et d'eaux douces y reste préoccupante.

Par Guillaume Daveluy
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs