Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Theo Jansen, le sculpteur poète qui joue avec le vent

Des animaux fantastiques géants qui semblent marcher sur la plage. Un rêve, un cauchemar, une hallucination ? Non, seulement une œuvre du sculpteur cinétique néerlandais Theo Jansen, le créateur des bêtes de plage.
Theo Jansen, le sculpteur poète qui joue avec le vent

En vous promenant sur les plages néerlandaises, vous pourriez rencontrer une créature surprenante, semblable à un animal issu d'un autre monde, bercé et nourri par le vent. Ne prenez pas peur, il s'agit sûrement d'une des œuvres du sculpteur néerlandais Theo Jansen, l'homme qui combine l'art et la science pour donner vie à son imagination. Son activité s'inscrit dans le courant de l'art cinétique, basé sur le mouvement des œuvres mobiles ou sur les illusions optiques.

Les bêtes de plage signées Jansen

Ces créations, Theo Jansen les nomme les Strandbeest, ce qui signifie "les bêtes de plage" traduit du néerlandais. La plupart ressemblent à des monstres à mille-pattes, fabriqués à partir de tubes en plastique (PVC), de bouteilles vides ou de bois.

Ces animaux imaginaires, issus tout droit de l'esprit de l'artiste, surprennent les passants par leur grande taille et… leurs mouvements. En effet, ces sculptures cinétiques semblent prendre vie une fois que le vent se lève. Poussée par l'air, leur structure formée d'engrenages s'anime et défile sur la plage. Comme vivantes, ces créatures avancent par inertie, guidée par leurs mécanismes bien pensés.

Le sculpteur du vent

Âgé de 72 ans, l'artiste originaire de La Haye aux Pays-Bas pratique son art depuis les années 1990. Physicien de base, il a utilisé ses connaissances scientifiques pour donner vie à son imagination.

Ses œuvres, il les nomme "ses créatures" et leur donne des noms, tels que Animaris Suspendisse, une bête de 10 mètres de long et 4 mètres de haut. L'ingénieux artiste dit "entrer en empathie avec le Créateur" lors d'une interview avec un journaliste du Monde : il ressent un plaisir énorme à créer et voir ses œuvres fonctionner. Mais si ses sculptures marchent (littéralement), ce n'est pas par hasard. De manière autodidacte, l'artiste a étudié l'aéronautique, la robotique, les mathématiques et l'informatique.

Bien que Theo Jansen veille à toujours garder une base poétique dans ses projets, on a tout de même envie de partiellement le catégoriser comme un ingénieur ou un inventeur. D'autant plus qu'en 1980, il a fait voler une soucoupe volante, sonore et lumineuse, dans le ciel de Delft (Pays-Bas). Il a également inventé un robot capable de peindre de manière autonome.

Après près de 30 ans de travail, de plus en plus de curieux viennent observer l'artiste déployer ses nouvelles créatures sur les plages néerlandaises. Celles-ci ont d'ailleurs été exposées dans des musées tels que le Palais de Tokyo à Paris, et les vidéos de ses démonstrations ont fait le tour du monde sur le web.

Theo Jansen

Le mécanisme de Jansen

D'ailleurs, le mécanisme à l'origine du mouvement de ses bêtes est baptisé à son nom : le mécanisme de Jansen, inventé en 1991. Voici son fonctionnement : le mécanisme est, dans un premier temps, actionné par un moteur rotatif qui fait tourner la manivelle centrale. Et c'est le vent qui "nourrit" ces bêtes. Ensuite, étant donné que toutes les pièces des sculptures sont reliées par des liaisons pivots, la manivelle centrale déclenche le mouvement de l'ensemble du corps, et celui-ci semble véritablement marcher de manière autonome.

Une seconde vie pour du plastique

Sa matière pour créer des corps, ce sont des tubes de plastique blanc, initialement conçus pour des installations électriques. Il les a choisis pour leur simplicité, leur flexibilité, mais aussi leur rigidité. En les découpant et en les sculptant, il les utilise comme la matière première de ses bêtes de plage.

Ces tubes, on n'en trouve qu'en Belgique et aux Pays-Bas, à 0,10 € le mètre carré. Pour se préparer à une éventuelle disparition de ceux-ci du marché, le sculpteur poète en a déjà commandé 50 kilomètres ! De quoi avoir de la matière jusqu'à la fin de sa carrière.

>> A voir aussi : Découvrez en vidéo les incroyables sculptures de Theo Jansen

Par Kristin MyPublié le 08/01/2021
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs