Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

WWF utilise Instagram pour alerter sur la pollution

Les océans vont mal, c'est un fait. Mais il n'y a pas qu'eux : c'est carrément toute la planète qui est en train de vivre un bouleversement profond à cause de la pollution et du réchauffement provoqués par les activités humaines. Une situation alarmante à laquelle la WWF tente de sensibiliser au travers d'une campagne inédite sur Instagram.

Comme on dit, une image vaut mille mots et Instagram en est la parfaite illustration. Ce réseau social basé sur la photo est le support parfait pour illustrer des campagnes-chocs. C'est là que la World Wide Foundation, en partenariat avec l'agence de communication TBWA/Paris, a publié des clichés interpellants de lieux touristiques à l'atmosphère normalement magique, mais ravagés par l'activité humaine. Les photos avant et après parlent d'elles même.

L'organisation a sélectionné 9 Instagrameurs voyageurs dont les périples les ont amenés à visiter des endroits aujourd'hui tout simplement disparus ou perdus sous un amoncellement d'ordures. #TooLaterGram, comme la WWF a baptisé sa campagne, commence par le post de clichés alléchants d'endroits paradisiaques : montagnes, mers ou encore récifs de corail, de quoi réveiller les envies de voyages des 100 000 followers que comptabilisent les 9 influenceurs. Sauf que les envies sont rapidement balayées par les photos suivantes, publiées quelques jours plus tard, montrant l'actuel état des lieux.

Forêt naguère verdoyante devenue un trou de mine, baie autrefois magnifique et aujourd'hui recouverte d'ordures flottantes, ou encore récifs colorés transformés en ruines grisâtres, les photos n'ont plus rien d'attirant. En commentaire, sous chaque publication, les voyageurs expliquent les tenants et aboutissants du problème. La Grande Barrière de corail, par exemple, est fragilisée par la pollution, par l'acidification ainsi que par le réchauffement des océans qui stressent les coraux. Et un corail stressé, c'est un corail qui expulse ses zooxanthelles, ces micro-algues qui vivent en symbiose avec lui et dont dépend sa survie. Résultat, le corail blanchit et meurt.

Le choix d'Instagram ne s'est pas évidemment pas fait par hasard. On y trouve une population de jeunes gens très réceptifs à la force des images que WWF a sans aucun doute su capter avec sa campagne disruptive.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.