Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Une marée rouge dévaste les côtes de la Floride

Une marée rouge dévaste les côtes de la Floride
Photo: Daniel Piraino

Une hécatombe d'animaux marins a eu lieu ces derniers mois sur les côtes du sud de la Floride. Une odeur pestilentielle se dégage des lieux d'échouages, tant la quantité d'animaux morts sur certaines plages est importante. "On dirait une ville fantôme. Tout ce qui a pu partir est parti, tout ce qui n'a pas pu partir est mort", commente Heather Barron, le directeur de la Clinique de Floride pour la réadaptation à la vie sauvage (CROW), cité par National Geographic.

Ce désastre n'est pas dû à une pollution d'origine humaine, mais à une algue unicellulaire dénommée Karenia brevis. Cette espèce se retrouve dans de nombreuses mers du globe, mais c'est dans le Golfe du Mexique, autrement dit à proximité de la Floride, qu'on en trouve la plus grande concentration. Parfois, cette concentration explose : on parle d'efflorescence algale, ou encore de bloom. Le phénomène est également connu sous le nom de "marée rouge" en raison de la coloration que prend l'eau. Dans le cas présent, la concentration est passée de 1000 cellules à 140 millions de cellules par litre !

Le phénomène est naturel, rarement toxique, et pas si exceptionnel : il existe des dizaines d'espèces différentes qui peuvent provoquer des marées rouges, et des documents espagnols en font mention dans la région dès le XVème siècle. Certains y voient même la première des dix plaies d'Égypte, lorsque l'eau du Nil s'est changée en sang.

Mais ce qui s'est passé en Floride n'est pas du tout ordinaire. Tout d'abord cette marée rouge est due à une micro algue toxique. Ensuite l'extension du phénomène est de grande dimension : pas moins de 150 kilomètres ! Et, cette fois, de nombreuses espèces en ont été victimes, notamment la tortue de Kemp, en voie de disparition, et même un requin-baleine. Il semble néanmoins que certains oiseaux charognards qui ne sont pas indisposés par la toxine, comme le corbeau et le vautour, sont à la fête devant un tel festin.

Par comble de malchance, la région a déjà été frappée en juillet d'une marée verte. Une efflorescence d'une autre algue microscopique a eu lieu dans le Lac Okeechobee, et au-delà, dans un certain nombre de voies navigables.

Quelles serait donc la cause de cette marée rouge ? Selon certains scientifiques cités par National Geographic, il ne s'agit que d'une conjonction de circonstances favorables entre salinité, température, ensoleillement et autres paramètres. Bref, en un mot comme en cent : la faute à pas de chance.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.