Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

En 1973, une plage bretonne servait aussi de parking

À Sainte-Anne-La-Palud, dans le Finistère, les vacanciers ne manquent pas de ressources. Privé de parking aux abords de la plage, ils décident tout simplement de se garer sur celle-ci ! Une image invraisemblable (et impossible) aujourd'hui, mais en 1973, on n'hésitait pas à se garer près des vagues pour se faire une place au soleil. Résultat, 3000 voitures bien alignées sur le sable.

Dans les années 70, le littoral semblait bien plus accessible qu'aujourd'hui. À tel point que sur certaines plages, les vacanciers déboulaient directement en voiture sur le sable ! C'était le cas à Sainte-Anne-La-Palud, une petite commune du Finistère, où le maire de l'époque avouait son manque de moyens concernant la création d'un parking pour les estivants. Résigné à fermer les yeux durant la saison d'été, il laissait les touristes garer leurs véhicules sur la plage, à quelques mètres du bord de mer.

En 1973, près de 3000 voitures s'alignaient ainsi sur cette plage bretonne. Pour éviter les accidents dus à la circulation, un arrêté préfectoral limitait la vitesse à 30 km/h sur la zone. Ce qui n'empêchait pas certains usagers d'enfreindre la règle et de rouler un peu trop vite au milieu des enfants, des chiens et des parasols.

Cette archive proposée par l'INA nous permet de replonger dans cette incroyable histoire, rapportée par le journal télévisé de l'époque, diffusé le 16 août 1973.

Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs