Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Paul Allen investit des millions contre la pêche illégale

Paul Allen, qui a fondé la multinationale informatique Microsoft avec Bill Gates en 1975, vient d'investir 40 millions de dollars (soit 29 millions d'euros), dans la lutte contre la pêche illégale.

Ce type de pêche compte pour 20% des prises mondiales pour un coût estimé à 20 milliards d'euros par an, selon la WWF. Échappant à tout contrôle et législation, elle pille littéralement les littoraux des pays qui en sont victimes, entraînant un énorme manque à gagner et une pression supplémentaire sur le stock de poissons qui en subit déjà beaucoup.

II est pourtant difficile, voire impossible pour la majorité des pays de surveiller efficacement les milliers de kilomètres de leur littoral, en tout cas pas sans y mettre des moyens colossaux. C'est là qu'intervient le milliardaire : l'argent servira à financer Skylight, un système utilisant intelligence artificielle, imagerie satellite et logiciels d'analyse de données poussés pour aider les pays à repérer tout bateau de pêche irrégulier présent dans leurs eaux territoriales.

SkyLight, dont la disponibilité mondiale est prévue pour le premier semestre 2018, se base sur des sources différentes pour ses analyses. Il y a évidemment les images satellites, mais également les enregistrements maritimes collectés manuellement des docks. Au fil du temps, Vulcan Ventures, la société gérant la fortune de Paul Allen et à l'origine du don, prévoit de bâtir elle-même sa base de données de bateaux afin de laisser les pays se concentrer sur la gestion de leurs ressources.

D'ailleurs, en plus des possibilités de traçage de SkyLight, elle mettra également à disposition des pays le désirant des scientifiques ainsi que des analystes qui pourront les conseiller tant sur la gestion effective de leur stock de poissons que sur le nombre de licences de pêche à délivrer et les sanctions appropriées à appliquer en cas de pêche illégale.

L'accès à SkyLight sera bien entendu payant, mais Vulcan assure n'avoir aucune visée lucrative. L'argent récolté servira donc à maintenir et à développer le programme. Le système SkyLight est dès à présent opérationnel et déployé en phase de test pour protéger l'archipel des Palaos, en Océanie, et les rivages du Gabon.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.