Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

En Australie, des drones surveillent les requins

En Australie, des drones surveillent les requins
Photo: Lee

Finalisés en 2017, des drones autonomes ont été déployés en Australie pour protéger les nageurs contre les requins. Ces drones ont été développés dans le cadre d'un partenariat entre l'université technologique de Sydney et Little Ripper Group, une société spécialisée dans la construction de drones utilitaires.

Côté hardware, le type de drones utilisé est de grade militaire, capable de rester en l'air entre 15 minutes et 4 heures, et coûtant 250.000 dollars l'unité (un peu moins de 211.000 euros). Pour ce qui est du soft, ils sont équipés d'une technologie nommée "Shark Spotter" qui est une IA (Intelligence Artificielle) dotée d'une fonction d'auto-apprentissage. Elle leur permettra d'apprendre d'eux-mêmes à distinguer les formes que leurs caméras filmeront d'en haut : requins bien sûr, mais aussi nageurs, dauphins, et tout autres animaux et objets susceptibles d'entrer dans la zone de surveillance du drone.

Le déploiement de la flotte, qui comptait alors 35 drones autonomes, a eu lieu en septembre 2017 et, algorithme d'auto-apprentissage oblige, passera par une phase de gain d'expérience préalable. Dans un premier temps donc, tous les flux issus des caméras des drones seront retransmis en direct vers des opérateurs humains qui contrôleront et corrigeront le cas échéant les détections faites par les appareils. Ce n'est toutefois qu'une question de temps pour que le système soit assez fiable pour assurer tout seul le suivi de ses détections. Les drones seront alors totalement autonomes, ne contactant les opérateurs que pour alerter de la présence d'un requin.

En complément, Little Ripper Group planche également sur une balise électrique que le drone pourra larguer en mer en cas de détection positive. Une fois dans l'eau, la balise émettra des signaux électriques désagréables pour le squale, afin de le faire fuir. Un puissant haut-parleur lancera également une alerte sonore pour que toutes les personnes aux alentours soient prévenues de la présence du danger.

L'utilisation de drones comme dispositif anti-requins est avantageuse puisque ça a le mérite de ne pas faire de mal à l'animal. Cela augmente aussi l'efficacité de la détection de requins en mer, la faisant passer de 30% depuis un hélicoptère ou la plage, à 90% avec "Shark Spotter".

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.