Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Deux géants de la tech veulent sauvegarder les coraux

Deux géants de la tech veulent sauvegarder les coraux

Deux monstres sacrés du secteur high tech s'associent avec une ONG philippine pour voler au secours des coraux. Au programme : caméras vidéo, analyses en temps réel et intelligence artificielle.

La Sulubaaï Environmental Foundation (SEF) est une ONG créée en 2012 et fortement impliquée dans la sauvegarde de l'environnement dans la province philippine de Palawan. Limitant volontairement sa zone d'action à l'île de Pangatalan et ses environs immédiats, elle a su rapidement arriver à des résultats probants. En mai 2019, elle s'attèle au recensement des coraux et de leur biodiversité, et pour cela, s'appuie sur des prises photographiques. Plus de 40.000 photos ont ainsi été collectées, sauf que la méthode est non seulement rébarbative, mais induit aussi un biais important : rien que la présence du plongeur peut faire fuir la faune, donnant alors un récif plus vide qu'en temps normal. C'est là qu'interviennent Accenture, une société spécialisée dans le conseil et la technologie numérique, et Intel, plus grand fabricant mondial de microprocesseurs.

Les ingénieurs des deux sociétés ont commencé par se pencher sur une invention de la SEF, la Sulu-Reef Prosthesis, une structure en béton fonctionnant un peu comme une ferme à coraux. Après l'avoir équipée de plusieurs caméras, ils l'ont connectée à une plateforme d'analyse vidéo développée par Accenture et propulsée par les processeurs d'Intel. L'idée est de laisser le récif se développer dessus, d'attirer poissons et crustacés, puis de filmer le tout de façon non intrusive : le projet CORail était né.

La vraie valeur ajoutée de CORail réside dans sa capacité à analyser en temps réel les données fournies par les caméras grâce à une intelligence artificielle. Elle détecte, prend en photo et classifie ainsi automatiquement les espèces passant à portée de vue, permettant aux scientifiques d'appréhender plus facilement la santé et la vie autour des récifs. Au final, cela combiné au rôle premier du Sulu-Reef Prosthesis (qui est d'aider le corail à recoloniser des espaces) font du projet un atout majeur dans la sauvegarde des coraux. Rien d'étonnant à ce qu'Intel, Accenture et Sulubaaï pensent à l'améliorer puis à le globaliser afin de venir au secours des récifs coralliens en danger.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.