Vous utilisez un bloqueur de publicits et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entirement gratuit grce la publicit, non intrusive.
Merci de nous soutenir en dsactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icne rouge situe en haut droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Dsactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

De mystérieux ronds de fumée repérés dans l'Atlantique

Des "anneaux de fumée" aspirant les petits animaux marins pour les transporter sur de longues distances, c'est ce qu'une équipe de chercheurs de l'université de Liverpool ont remarqué en plein Atlantique Sud.

C'est un phénomène encore mal connu que le professeur Chris Hughes et son équipe ont repéré à l'ouest de l'Afrique du sud. Cela s'appelle des "anneaux de fumée", des sortes de vortex qui apparaissent à deux endroits différents et qui pourtant sont reliés entre eux sous l'eau par un courant marin. Voyez ça comme une paille courbée en un demi-cercle plus ou moins parfait et submergé sous l'eau. Les extrémités de la paille affleurent alors à la surface et tourbillonnent, formant les fameux anneaux de fumée. A l'échelle d'un océan, cela donne des extrémités éloignées par une grande distance allant de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de kilomètres, mais qui sont pourtant bien connectées l'une à l'autre.

Les paires d'anneaux de fumée se déplacent 10 fois plus vite qu'un tourbillon "normal" et tournent dans des directions opposées. Cela leur permet de voyager aussi bien vers l'ouest que vers l'est, alors qu'un tourbillon normal ne se déplace que vers l'ouest. Le plus étonnant est qu'un anneau de fumée ne peut percer les flots que si la mer est d'huile, ce qui est très inhabituel pour ce genre de formation.

Selon le professeur Hughes, expert en analyse de données environnementales et en mesure de la dynamique des océans, les caractéristiques particulières des anneaux de fumée leur permettraient de transporter à grande vitesse des petits animaux marins d'un endroit à un autre. Une sorte de TGV pour poissons en somme. En voyageant vers l'est et non toujours vers l'ouest, ils permettent également de mélanger des eaux qui autrement ne se mêleraient pas, y amenant, entre autres, des nutriments.

L'observation précise du phénomène a été possible grâce à la mise en corrélation de deux types de données satellite prises à une même période et au même endroit : d'un côté, les mesures de la montée des océans et de l'autre, celles de la température de la surface de l'eau. Il en est ressorti que seuls l'Atlantique sud et les mers entourant l'Australie peuvent générer des "anneaux de fumée". Le professeur en a d'ailleurs détecté une autre paire au sud-ouest du pays des kangourous, dans la mer de Tasman, une mer qu'ils ont mis 6 mois à traverser.

Les résultats des recherches de l'équipe ont été publiés dans la revue Geophysical Research Letters.

Par Andriatiana Rakotomanga
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.