Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

L'engloutissement des grandes villes est déjà prévu

Le réchauffement climatique va faire monter les eaux qui engloutiront alors nos villes. C'est ce que prédit une étude américaine qui, non contente d'annoncer un scénario catastrophe, a illustré ses prévisions de visuels très convaincants.
L'engloutissement des grandes villes est déjà prévu
Photo: Sea Level Rise / climatecentral

Une nouvelle étude, baptisée "Climate-change–driven accelerated sea-level rise detected in the altimeter era" (L'élévation accélérée du niveau de la mer due aux changements climatiques détectés durant l'ère de l'altimètre), revient sur 25 ans d'observations satellitaires du niveau des océans pour en tirer une tendance.

Quand la mer monte plus vite que prévu

Les chercheurs se sont ainsi non seulement intéressés à son évolution dans le temps, mais ont aussi construit des modèles climatiques sur la base de ces données pour voir son évolution dans le futur. Leur conclusion est sans appel : au lieu d'augmenter à un rythme constant comme on le pensait, la hausse globale du niveau de la mer s'accélère un tout petit peu plus chaque année.

L'équipe de chercheurs a en effet remarqué que l'augmentation du niveau de la mer s'accélérait de 0,084 mm/an tous les ans, avec une moyenne de 2,9 mm/an sur ces 25 dernières années. De là, leurs modèles climatiques ont prédit que si le réchauffement climatique continuait à augmenter à ce rythme, le niveau des mers finira par monter de 65 cm en 2100.

Un chiffre qui devrait inquiéter les villes côtières, même les plus grandes : Shanghai, Miami, Sidney, Bombay, New York, ou encore Londres (photo ci-dessous), aucune ne sera épargnée et elles seront d'ici là totalement ou partiellement inondées. Des situations que l'étude a illustré par des visuels plus qu'éloquents.

Londres inondé

Une projection inquiétante mais réaliste

Certes, pour arriver à un tel résultat, il faudrait une augmentation de 4°C de la température globale de la planète, ce qui est beaucoup. Mais les projections des chercheurs sont réalistes et sont même confortées par les chiffres avancés par le site climatecentral.org (d'où ils ont d'ailleurs emprunté leurs illustrations). Ce site, tenu par des scientifiques et des climatologues, est en effet spécialisé dans l'étude de la montée du niveau de la mer et propose plusieurs outils, dont une carte interactive permettant de visualiser les conséquences du réchauffement climatique à taille réelle.

Pour autant, tout n'est pas écrit : le Dr Ben Strauss, co-fondateur du site, soutient qu'il est encore possible d'éviter la catastrophe si l'on réduisait rapidement nos émissions de gaz à effet de serre.

Par Andriatiana RakotomangaPublié le 05/05/2018
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.