Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un Mexicain s'échoue sur une île du Pacifique Sud

Un Mexicain s'échoue sur une île du Pacifique SudPhoto: Giff Johnson / AFP

Il lui aura fallu 13 mois pour retrouver enfin la terre ferme : Jose Salvador Alvarenga a dérivé pendant plus d'un an en mer avant de s'échouer sur l'une des îles Marshall, au nord de l'Australie.

L'homme aurait quitté le Mexique fin 2012 à bord d'un bateau de 7 mètres. Accompagné d'un adolescent, ils auraient mis le cap sur le Salvador pour chasser le requin. Éloignés des côtes par un climat défavorable, les pêcheurs auraient commencé à dériver. Le jeune compagnon du marin serait mort de faim en pleine mer au bout de 4 mois.

Seul à bord et probablement perdu, le naufragé aurait survécu en se nourrissant de poissons, de tortues et d'oiseaux, attrapés "à la main", sans aucun matériel de pêche. Quand il ne pleuvait pas, il buvait le sang d'une tortue et même sa propre urine.

Après avoir parcouru plus de 12.000 kilomètres, le bateau très abîmé s'est enfin échoué sur l'île Ebon, dans l'archipel des Îles Marshall, en plein Pacifique Sud. Barbu, chevelu et épuisé, Jose a été repéré par une patrouille de police. Il souffrait de basse pression artérielle.

Les jours du naufragé ne sont pas en danger et il a été transféré sur l'atoll de Majuro, où se trouve l'aéroport international. L'ambassadeur du Mexique à Manille se dit prêt à payer son billet d'avion pour Mexico.

A noter qu'un médecin français, interrogé par l'AFP, émet de gros doutes sur cette histoire : selon lui, dans de telles conditions, l'homme devrait présenter davantage de séquelles. Hilmar Snorrason, président d'une association pour la sécurité et la survie, a déclaré : "Il y a des gens qui ont survécu longtemps sur un radeau de survie, mais jamais aussi longtemps. Si son récit est vrai, alors c'est exceptionnel".

Par Guillaume Daveluy
Pour recevoir la newsletter

1 commentaire

Olivier

le 13/02/2014

Il a peut-être aussi survécu en dévorant son compagnon d'infortune non ?

Vous aussi, donnez votre avis !