Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à  la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à  droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La plage dans la peinture

Bien avant l’invention de la photographie, la plage a déjà inspiré nombre de créateurs. Petit tour d’horizon des toiles les plus célèbres…
La plage dans la peinture
Photo: Turner

On ne compte plus le nombre d’artistes peintres séduits par la beauté naturelle des plages. Les plus grands ont promené leurs pinceaux sur la toile, afin d’y figer à jamais leurs émotions nées en bord de mer : Monet, Renoir, Turner, Gauguin… Impressionnistes, expressionnistes ou surréalistes, tous les courants ont vu défiler d’originales représentations de la plage.

Dès le milieu du 17ème siècle, la peinture flamande restitue l’atmosphère des plages du nord, avec les œuvres d’Adriaen et Willem Van de Velde, Simon de Vlieger ou encore Jan Van Goyen.

Un siècle plus tard, l’artiste Joseph Mallord William Turner, surnommé le « peintre de la lumière », est reconnu pour ses huiles et ses aquarelles de paysages et marines d’Angleterre. En 1811, il peint « La plage du bateau-passeur », une huile sur toile décrivant une petite plage en Cornouailles.

En 1833, Eugène Isabey nous offre la « Plage à marée basse ». L’artiste ne s’est pas contenté d’un paysage à l’infini : c’est une vrai scène de vie, consacrée aux habitants du rivage.

Grand peintre de marines et précurseurs de l’impressionnisme, Eugène-Louis Boudin peint de nombreux tableaux représentant des familles bourgeoises sur les plages de Normandie. Dès 1860, ses toiles consacrées aux plages de Dieppe, Trouville et Deauville font écho aux nouvelles de Maupassant.
C’est une autre plage de Normandie que le peintre Claude Monet immortalise en 1864, celle de Honfleur.

En 1869, Renoir et Monet mettent au point une nouvelle technique, consistant en une application rapide et fragmentée de petites taches de couleur : ainsi apparaît le paysage impressionniste, à l’atmosphère vibrante.

A la même époque, Edouard Manet commence à s’intéresser à la peinture en plein air. C‘est à Berck, en 1873, qu’il peint une scène de plage, représentant sa femme Suzanne et son frère Eugène. Le tableau est intitulé… « Sur la plage ».
Monet, de son côté, poursuit son évocation de la Normandie avec en 1885 une œuvre dédiée à Etretat, ses bateaux et ses falaises, et l’année suivante, une toile représentant un soir à Honfleur.
Entre 1879 et 1885, le peintre français Paul Cézanne profite lui aussi de la période impressionniste pour immortaliser plusieurs vues de la Baie de Marseille, avec notamment une série sur « L’Estaque ».

A la fin du 19ème également, Pierre Auguste Renoir, intéressé par les portraits et le nu féminin, nous offre « Les pêcheuses de moules à Berneval », ou encore « Personnes sur la plage », en peignant deux jeunes femmes sur le sable et un enfant au bord de l’eau. Un thème qui inspirera aussi le peintre anglais Philip Wilson Steer, qui livre en 1886 la « Jeune femme sur la plage ».
Deux ans plus tard, en 1888, le néerlandais Vincent Van Gogh signe les « Barques aux Saintes Maries de la Mer ».

Georges Lemmen immortalise la « Plage à Heist », qui affiche un style "Art nouveau".
La même année, Paul Gauguin, ruiné, s’embarque pour la Polynésie. Il y peindra les « Femmes de Tahiti sur la plage » ou encore « Cavaliers sur la plage » en 1902.

A la même époque, l’artiste touche-à-tout Raoul Dufy commence à peindre des paysages normands à l’aquarelle. En 1906, il fixe sur la toile « La Plage de Sainte-Adresse » puis en 1908, il livre sa vision de l’Estaque. Le peintre voyage avec Georges Braque, qui se laisse également séduire par le sud de la France et livre une huile sur toile, dans un style moderne : ce sont les « Bateaux sur la plage à l’Estaque ».

Toujours au début du 20ème siècle, l’espagnol Joaquim Sorolla peint de nombreuses toiles ayant pour décor la plage. Jouant avec les couleurs et la lumière, il laisse des œuvres superbes comme « Promenade le long de la mer », « Après le bain » ou encore « Enfants sur la plage ».
Pendant ce temps, Deauville continue de faire des émules : le peintre néerlandais Kees van Dongen dessine en 1902 des « Bateaux de pêche sur la plage ».

Henri Matisse, chef de file du fauvisme, retranscrit en 1905 le plaisir d’être au bord de l’eau avec les tableaux « Luxe, calme et volupté » et « Le bonheur de vivre ».

Sous l’influence des impressionnistes, le peintre paysagiste Paul Signac donne naissance au pointillisme. Avec cette technique, il peint notamment les côtes du sud de la France, laissant de magnifiques aquarelles comme « Quittant le port de Saint-Tropez », mais aussi des peintures de la Bretagne.
En Amérique, le peintre réaliste Edward Hopper, considéré comme l’un des représentants du naturalisme, réalise durant sa carrière de nombreux tableaux qui témoignent de son pays, non sans une certaine mélancolie, comme « Vue sur la mer », en 1952.

La plage a également inspiré le célèbre artiste Pablo Picasso, durant toute sa vie. En 1908, la « Femme nue au bord de la mer » offre le portrait d’une baigneuse. Un thème repris dix ans plus tard avec d’autres « Baigneuses », puis en 1922, « Deux femmes courant sur la plage » témoigne de sa période classique, tout comme la « Famille au bord de la mer ». En 1932, en pleine période surréaliste, il peint le « Baigneur avec un ballon de plage ». Il reprend en 1937 le thème des baigneuses avec sa « Femme assise sur la plage ». Puis, inspiré par le sud de la France, il dessine en 1956 les « Femmes devant la mer » et en 1961, « Sur la plage ».

Par Guillaume DaveluyPublié le 18/05/2012
Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs