Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Une énorme otarie s'invite sur une plage en Argentine

Une énorme otarie s'invite sur une plage en Argentine
Photo: elpatagonico.com

Il faut que la chose soit dite : les otaries ne vivent pas que dans les delphinariums. Elles ont aussi une vie sauvage. C'est ce qu'ont dû se rappeler assez brutalement les vacanciers qui se prélassaient sur une plage de la province de Rio Negro, à 750 km au sud-ouest de Buenos Aires, en Argentine.

Un spécimen sauvage a en effet été aperçu le 20 janvier 2019 sur cette plage, entre vacanciers et transats, rapporte l'agence argentine ADNSur. Mais loin d'être l'un de ces sympathiques joueurs de ballon auxquels nous sommes habitués, celui-ci est gros, très gros. Énorme même ! Après avoir déambulé sur la plage pendant quelques minutes sur le sable où jouaient les enfants, celui-ci est reparti sans plus d'encombre. La station balnéaire a jugé utile de préciser qu'il fallait éviter de s'en approcher, de le déranger ainsi que de le nourrir.

La Patagonie reçoit régulièrement la visite de ces mammifères marins, mais ceux-ci ne s'aventurent habituellement que dans les secteurs déserts. Cet événement sur une plage occupée par des vacanciers est plus rare. C'est ce qui a d'ailleurs provoqué l'indignation d'un certain nombre de riverains. Autrefois, cette plage était interdite d'accès précisément parce que c'est une zone d'habitat des otaries, qu'on pouvait auparavant facilement observer en train de s'y reposer. Désormais, avec la présence des vacanciers et des détritus qu'ils laissent souvent derrière eux, ce n'est plus qu'un lointain souvenir !

Cette station balnéaire, située à 60 kilomètres de Viedma (capitale du Rio Negro), s'appelle la Lobería, c'est-à-dire la louverie, précisément parce qu'il s'agit d'une réserve naturelle de protection de l'otarie, appelée "loup de mer" en espagnol. 4000 spécimens y vivraient. Victimes de leur succès, les otaries attirent toujours plus de curieux, aussi bien d'autres provinces que de l'étranger. Les vacanciers ont parfois du mal à saisir qu'un espace naturel protégé est un endroit fait principalement pour la faune et la flore sauvages, et accessoirement pour les visiteurs.

Par Charles Lorrain
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.