Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Macropinna, le poisson à tête transparente

Le Macropinna microstoma est l'une de ses espèces comme seuls les abysses peuvent en abriter. On n'en sait pas encore beaucoup sur ce poisson, mais ce qui est sûr, c'est qu'il n'est vraiment pas comme les autres.
Macropinna, le poisson à tête transparente
Photo: DR

Les profondeurs de nos océans sont un monde largement inexploré qui recèle encore beaucoup de surprises aux scientifiques. À chaque nouvelle exploration, de nouvelles espèces se révèlent, même si le Macropinna microstoma n'en est pas vraiment une. Découvert en 1939, il n'est réapparu que récemment sur les radars en étonnant la communauté scientifique.

Une physionomie pas comme les autres

Le macropinna est un poisson rare des grandes profondeurs que l'on ne rencontre qu'à partir de 600 mètres de fond dans le nord de l'océan Pacifique. C'est un petit poisson de 15 cm environ, doté de larges nageoires et d'une petite bouche. Mais sa principale particularité réside dans son crâne transparent qui protège une paire d'yeux tubulaires, des caractéristiques propres aux Opisthoproctidae, la famille de poissons à laquelle il appartient.

Les yeux du macropinna sont donc à l'intérieur de sa boîte crânienne où ils baignent dans une sorte de liquide. Autre spécificité des Opisthoproctidae, leurs yeux en tonneau sont tournés vers le haut, scrutant ce qu'il y a au-dessus de l'animal au travers de la transparence du haut de son crâne. L'intérieur de ce dernier est d'ailleurs luminescent, ce qui rajoute à la singularité de l'animal.

La "face" du poisson présente 2 proéminences noires semblables à des yeux, mais ce sont en fait leurs narines. Associées à sa petite bouche affaissée, elles lui donnent un air perpétuellement chagriné.

Un secret bien gardé

Longtemps, on a cru que les yeux tubulaires du macropinna étaient coincés vers le haut. Cela est dû au fait que tous les spécimens d'Opisthoproctidae pêchés jusqu'ici avaient le dôme crânien éclaté, sûrement à cause du changement de pression. Ce n'est qu'en 2009 que le pot-aux-roses fut découvert : les yeux du poisson sont bien mobiles et peuvent se tourner vers le haut comme vers l'avant.

Ce sont les océanographes de l'Institut de recherche de l'aquarium de Monterey Bay, en Californie, qui l'ont découvert. Au cours d'une expédition sous-marine utilisant un robot ROV, ils sont tombés sur plusieurs macropinna flottants, immobiles, dans l'univers glacé des profondeurs. C'est aussi là que les scientifiques ont su que l'animal était en fait doté d'un crâne transparent.

Les yeux tournés vers le haut, le poisson reste immobile à l'horizontale. Il est en chasse et utilise l'extraordinaire acuité de ses yeux, qui se sont adaptés à son obscur environnement, pour scruter ce qui se passe au-dessus de lui. Une fois sa proie repérée, il se met à la verticale pour nager à sa rencontre tandis que ses yeux basculent vers l'avant pour ne pas la perdre de vue.

Que mange le macropinna ?

Le Macropinna microstoma étonne pour deux choses. Déjà, il n'a pas renoncé à la vue bien qu'il évolue dans un milieu dépourvu de lumière. Ensuite, alors que la majorité des espèces sont tout en crocs et en dents, il se contente d'une petite bouche que l'on pourrait qualifier de snobinarde, compte tenu de la rigueur des conditions de vie dans les abysses.

En fait, le macropinna se nourrit de méduses et de petits organismes. Il n'a donc pas besoin d'une grande gueule garnie de dents. Sa vision spécialisée lui permet ensuite de viser précisément ses proies. Il serait ainsi capable de voler des proies capturées par les siphonophores, ces organismes cousins des méduses qui vivent agglutinées en mince et longue colonie.

Portées par le courant, les colonies de siphonophores sont des filets qui emprisonnent le zooplancton dans leurs tentacules. La manœuvrabilité du macropinna, conféré par ses grandes nageoires, l'autorise à se rapprocher au plus près de ces tentacules venimeux, tandis que sa vision et sa bouche lui permettent ensuite de picorer les proies piégées dessus.

Par Andriatiana RakotomangaMis à jour le 19/07/2018
Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.