Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

La vie secrète du Bernard l'Hermite

Le bernard l'hermite est un petit animal sympathique en bien des abords. Il est toujours rigolo de le voir déambuler sur la plage avec sa drôle de coquille dépareillée sur le dos. D'un naturel réservé et d'habitude très discret sur sa vie de mollusque, le bernard l'hermite nous livre aujourd'hui ses secrets.
La vie secrète du Bernard l'Hermite
Photo: MattJP

Le bernard l'hermite est un crustacé aquatique ou terrestre que l'on retrouve partout dans le monde. Le terme « bernard l'hermite » est en fait un nom générique derrière lequel se cachent plus d'une centaine de sous-espèces, sans compter qu'il s'en découvre de nouvelles chaque année.

Les caractéristiques du Bernard l'hermite

Le bernard l'ermite (qui peut s'écrire avec ou sans "h") est un crustacé omnivore, souvent détritivore car se nourrissant généralement de matières en décomposition ou d'animaux morts.

Il possède 10 pattes : 4 pour se déplacer, 4 pour nettoyer et tenir sa coquille, et 2 pour transporter sa nourriture ou se défendre (ses pinces).

Petite particularité, sa pince gauche est plus grosse que celle de droite. Elle lui permet de chasser de petites proies à l'occasion mais elle lui sert surtout à boucher sa coquille après s'y être mis à l'abri en cas de danger. Cette pince pourrait aussi vous laisser un cuisant souvenir de vacances si vous ne faites pas attention : gare aux doigts !

Abdomen mou, vous dites ?

Le bernard l'hermite commun, aussi connu sous le nom de pagure, possède un abdomen mou dépourvu de carapace. Pour le protéger, il est donc obligé de le cacher dans une coquille. Problème, il ne peut pas en fabriquer. Solution, il ramasse celles qui traînent ! Seul revers de la médaille, le bernard l'hermite est obligé de chercher une coquille plus spacieuse à chaque fois qu'il grandit.

Chez ceux vivant en groupe, cette obligation donne lieu à un phénomène connu sous le nom de « chaîne de vacances » : plusieurs individus partent à la recherche d'une coquille qui ira au plus gros d'entre eux. Ils se mettent ensuite en file, par ordre de grandeur. Le plus gros abandonne son ancienne coquille pour passer la nouvelle et donne l'ancienne à son voisin. Celui-ci l'enfile et passe à son tour son ancienne coquille à son voisin. Et ainsi de suite jusqu'à ce que tout le monde ait une nouvelle maison !

La vie en communauté

Le bernard l'ermite est un animal malin, il vit en symbiose avec plusieurs types d'animaux afin de bénéficier d'une protection contre ses prédateurs. Citons :

> L'anémone de mer : notre petit ami accroche une anémone à sa coquille. Elle le protège ainsi de ses tentacules urticants et profite des restes de ses repas. Quand le bernard l'ermite change de coquille, il emmène son anémone avec lui !

> Les hydraires : ces petits animaux proches des cnidaires (coraux, méduses, etc.) possèdent des polypes nourriciers qui se trouvent juste à côté de la bouche du bernard l'ermite. Il s'en sert alors comme réserve de nourriture en cas de disette. Les hydraires, eux, bénéficient des résidus de repas.

> L'éponge des mers : elle lui sert de camouflage. Ainsi grimé, il devient tout de suite moins voyant pour ses prédateurs. L'éponge, quant à elle, trimballée par l'animal, est assurée de toujours trouver de la nourriture.

Par Andriatiana RakotomangaMis à jour le 26/03/2019
Pour recevoir la newsletter

1 commentaire

Gentil

par Lola, le 14/12/2015

Merci grâce à votre site détaillé, j'ai pu répondre à mon exposé.

Vous aussi, donnez votre avis !

Il vous reste caractères.