Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Henri Salvador : Jardin d'hiver

Ce tube sorti en 2000 marque le retour d'Henri Salvador. Il confirme aussi le talent de l'interprète, loin des chansons humoristiques qui ont aussi fait son succès.

Né en Guyane de parents guadeloupéens en 1917, Henri Salvador débarque en métropole à l’âge de 12 ans. Il arrête rapidement d’étudier pour s’intéresser à la musique, au cirque et au spectacle, aidé en cela par son rire tonitruant.

Durant l’occupation, il se lance dans le jazz et même, après-guerre, le rock’n’roll. Les années 60 et 70 sont ses années de gloire, avec les succès qui ont fait sa renommée, comme « Le travail c’est la santé », ou encore « Juanita Banana », bien que cette période ait été vécue par l’artiste comme un moyen de gagner sa vie davantage que comme une carrière artistique.

Si Henri Salvador n’est pas l’inventeur de la Bossa Nova comme il l’a longtemps prétendu, il en a néanmoins été l’un des grands auteurs et promoteurs.

« Jardin d’hiver » est une chanson de Benjamin Biolay et Keren Ann. Ces derniers artistes ont collaboré avec Henri Salvador à la fin de sa carrière et lui ont proposé une reprise, intégrée en 2000 dans l’album « Chambre avec vue ». Cet album, qui a marqué le retour à 83 ans de l’artiste au rire retentissant pour les musiques qu’il apprécie vraiment, lui ont valu un disque de diamant ainsi qu’une Victoire de la Musique.

Comme de nombreux titres de Salvador, celui-ci évoque les choses simples et les petits bonheurs quotidiens de la vie, conjugués à une romance en filigrane. Il reflète l’artiste, au soir de sa vie, qui ne peut plus rêver d’amour folles mais simplement d’une présence douce à ses côté, pour bénéficier de ce jardin dans lequel il semble se sentir si bien. Une ambiance mélancolique infuse tant le texte de la chanson que l’interprétation qu’en fait l’artiste, sur un ton qu’il a si bien caché pendant ses années de gloire hilarante.

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.