Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Collectif Tropical Family : Maldon

Ce tube de l'été 1990, immortalisé par Zouk machine, retrouve une seconde jeunesse grâce aux chanteuses Louisy Joseph, Lynnsha et Fanny J. Elles reprennent avec rythme et chaleur cet hymne à la danse et à la fête. Issu de l'album collectif Tropical Family, le titre sort en juillet 2013, pour embraser les grandes vacances.

Qui ne connaît pas le tube de Zouk Machine sorti en 1990, "Maldon" ? Cette chanson a été reprise plusieurs fois, et notamment dans l’album "Tropical Family" sorti en 2013 et interprété par le groupe éponyme, dont les plus illustres membres sont Sheryfa Luna, Louisy Joseph et Corneille.

Cet album est une compilation de 16 reprises de tubes français et étrangers. Outre "Maldon" et des tubes français des années 80/90 comme "Belle-Île en Mer" de Laurent Voulzy ou "Les poèmes de Michelle" de Teri Moïse, on y trouve également des hits latinos, de "Enamórame" de Papi Sánchez à "Obseción" du groupe Aventura, en passant par le plus classique "Couleur Café" de Serge Gainsbourg.

Mais le plus gros succès de cette compilation reste la reprise de "Maldon", dont le clip a été tourné en Floride. Le texte, entièrement en créole, est une lamentation d’une maîtresse de maison qui souhaiterait davantage profiter de la vie au lieu de se consacrer aux tâches ménagères.

Dans le clip, son vœu est exaucé puisque dans les dernières secondes, les hommes sont affairés à nettoyer les vitres pendant que leurs chères et tendres se trémoussent sur la plage.

Le succès de cette reprise a cependant été terni par le différend entre Tropical Family et Zouk Machine. La chanteuse originale de "Maldon", Christiane Obydol, est une amie de Louisy Joseph. L’artiste guadeloupéenne affirme cependant ne pas avoir été consultée sur cette reprise, contrairement à l’usage. Son gain sur cette nouvelle version ? « Pas un kopeck »… Ceci explique peut-être son courroux et son militantisme en faveur de la rémunération des interprètes originaux lors de reprises de chansons.

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.