Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Un surprenant calmar porcelet observé dans les profondeurs

Des images rares d’un calmar-porcelet, filmé dans les fonds marins du Pacifique par un engin télécommandé depuis le navire scientifique Nautilus.

C’est encore au navire scientifique EV Nautilus qu’on doit cette découverte. Ce navire américain s’est déjà illustré par des explorations d’épaves célèbres, comme le Titanic, le cuirassé Bismark ou encore l’USS Independance, mais également par des observations d’espèces dans les profondeurs des océans comme le grandgousier pélican.

Cette fois, les équipes de ce navire ont observé un calamar, le calamar porcelet. Ce n’est pas à proprement parler une découverte, car l’animal était déjà connu. Mais l’intérêt et l’originalité de cette observation est de voir l’animal adulte dans son milieu naturel. Si les jeunes vivent relativement près de la surface, à moins de 200 m de profondeur, ces calamars plongent beaucoup plus profond une fois arrivés à l’âge adulte.

Cet animal, connu par les scientifiques sous le nom de Helicocranchia pfefferi, n’est pas un calamar géant, loin s’en faut : il mesure environ 15 cm à l’âge adulte. Le spécimen observé, quant à lui, mesure une dizaine de centimètres. Comme tous les calamars, il possède un siphon qui, en expulsant de l’eau, lui permet de se déplacer. Mais chez le calamar porcelet, ce siphon ressemble à un groin de cochon, d’où son nom, qui correspond également bien à la physionomie générale de son corps, gros, rond et transparent. Ses tentacules semblent flotter en désordre au-dessus de sa tête telle une chevelure, ce qui lui donne son aspect très particulier.

Si le Nautilus a fait cette découverte, ce n’est pas tout à fait un hasard, puisqu’il s’agissait en effet d’une de ses missions. L’édition 2019 de l’expédition Nautilus, qui s’est déroulée de mai à octobre, avait justement pour objet d’étudier les fonds marins du Pacific Remote Islands Marine National Monument, autour des îles de la Ligne. Cet archipel, perdu au milieu du Pacifique quelque part entre Hawaï et Tahiti, forme le pays insulaire du Kiribati, sauf les trois îlots sous souveraineté américaine : Kingman, Jarvis et Palmyra. C’est à proximité de ce dernier que le calamar porcelet a été observé à 1385 mètres de profondeur. Ce n’est pas avec un sous-marin embarquant un équipage que l’observation a été faite, mais par l’un des engins télécommandés dont est équipé le bâtiment pour ses observations scientifiques.

Après Palmyra, le Nautilus a poursuivi ses observations autour des Samoa, avant de prendre la direction de Clipperton, puis des côtes de l’Amérique du Nord.

Pour recevoir la newsletter

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.