Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

The Beach Boys : Don’t worry baby

Une romantique chanson des garçons de la plage, tirée de leur album "Shut down".
Paroles : Roger Christian - Musique : Brian Wilson (1964)

Les Beach Boys ont fêté récemment leurs 50 ans de carrière, pendant lesquels ils ont vendu cent millions de disques, ce qui fait de ce groupe le plus gros vendeur de disques des États-Unis. Mais comme c’est dans les vieux pots qu’on fait la meilleure soupe, il faut remonter plusieurs décennies en arrière pour retrouver leurs plus grands crus.

Sortie en 1964 alors que le groupe n’avait que 3 ans d’existence, « Don’t worry baby » figure au 176ème rang des plus grandes chansons de tous les temps du magazine Rolling Stones. Cette chanson, enregistrée par Mike Love, Al Jardin et les trois frères Wilson, a fait l’objet de multiples reprises tant par les Beach Boys eux-mêmes que par d’autres artistes.

Le clip est très kitch, avec une alternance de séquences en noir et blanc et en couleurs montrant le groupe dans sa prime jeunesse. On notera de nombreux plans sur des filles en petite tenue. De bien sages pin-up si on s’en réfère aux critères d’aujourd’hui, mais certainement très dévergondées suivant les mœurs sociales de l’époque.

Peu de rapport cependant avec la virilité du texte de la chanson, qui raconte comment un jeune hommes s’apprête à faire une course avec un rival pour montrer la supériorité de son véhicule, sous les yeux effrayés de sa petite amie. Ne cherchez pas une quelconque course de voiture dans le clip, elle a été oubliée au profit d'une succession de plans de séduisants surfeurs...

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.