Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Synapson : Djon Maya Maï

C'est marrant comme certaines filles se dandinent plus facilement sur la plage que dans le métro. Preuve en est dans ce clip ensoleillé, où la courbe des vagues n'a d'égale que celle des modèles choisis pour illustrer la chanson.

La vague des clips ensoleillés réalisés par des DJ est intarissable et ont tous un air de famille. Celui-ci ne fait pas exception.

Le groupe Synapson est un duo de DJ français formé en 2009 par Paul Cucuron et Alexandre Chiere. Après les débuts laborieux de l’album « Stendhal Syndrome » en 2012, il sortent en 2015 un nouvel album, « Convergences ». Contrairement à d’autres DJ, Synapson accorde beaucoup d’importance à la scène et le groupe est invité à de nombreux festivals musicaux.

C’est de cet album de musique électronique qu’est tiré « Dijon maya maï». Il s’agit d’une reprise d’un tube en langue dioula du chanteur burkinabé Victor Démé disparu en 2015, « Dijôn’maya », dont la version originale n’a jamais vraiment décollé en Europe. La version de Synapson a quant à elle atteint des classements honorables en France et en Wallonie, ainsi que sur Itunes.

Si les sonorités sont bien moins formatées que les autres chansons du type « tube de l’été pour danser », le clip en lui-même reste davantage dans les canons du genre avec une succession de plans rapprochés sur de jolies demoiselles nageant sous l’eau ou dansant sur la plage avec un apollon. Le duo de jeunes filles a cependant été choisi avec soin car la rouquine à la peau blanche contraste avec la brune à la peau mate et avec le soleil de plomb.

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.