Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Henri Salvador : Dans mon île

Cette chanson écrite en 1958 a été maintes fois reprises. Elle est même considérée comme ayant influencé la bossa nova brésilienne...

Qui ne connaît pas Henri Salvador et ses chansons légères et joyeuses, comme « Juanita Banana », « Zorro est arrivé », ou encore « Le travail c’est la santé » ?

Né en Guyane de parents guadeloupéens, Henri Salvador débarque en métropole à l’âge de 12 ans. Il arrête rapidement d’étudier pour s’intéresser à la musique, au cirque et au spectacle, aidé en cela par son rire tonitruant.

En 1939, il est mobilisé dans une casemate du nord-est de la France. On dit de lui qu’il était le seul soldat noir de la Ligne Maginot. Durant l’occupation, il se lance dans le jazz et même, après-guerre, le rock’n’roll. Les années 60 et 70 sont ses années de gloire, avec les succès qui ont fait sa renommée, bien que cette période ait avant tout été vécu par l’artiste comme "alimentaire".

Henri Salvador a longtemps prétendu être l’inventeur de la Bossa Nova, même si d’autres artistes revendiquent le titre. Quoi qu’il en soit, il en a été un grand compositeur et a été récompensé pour cela par les autorités brésiliennes.

« Dans mon île » est l’une de ses compositions. Cette chanson de 1958 est un hymne à la paresse et à l’amour, sur une île où il n’y a manifestement rien d’autre que le soleil, la plage et les cocotiers. L’artiste brésilien Caetano Veloso l’a intégrée à son répertoire et chantée telle quelle, preuve que cette chanson n’a nul besoin de traduction ou d’adaptation en Brésilien pour faire son œuvre dans le berceau de la Bossa Nova.

Paroles : Maurice PON - Musique : Henri Salvador

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.