Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site" ou cliquez sur le bouton bleu, puis sur "Actualiser"
> Si besoin, rechargez la page en appuyant sur la touche F5 de votre clavier

Daniel Hoppe : Love & Pride

Un match de beach-volley très sensuel, sur une musique entraînante...
Une reprise du tube de Wes King par Daniel Hoppe, featuring Paul King.

Daniel Hoppe est un artiste allemand qui s’est fait connaître en 2003 avec son single « Gypsy ». En 2004, il a poursuivi sa carrière avec l’enregistrement de « Love & Pride 2005 » qui s’est retrouvé en tête des classements pratiquement du jour au lendemain. Il a dès lors participé à divers festivals en Hongrie, en Allemagne, en Slovaquie et en Russie, ainsi qu’à la Love Parade à Essen en 2007 devant un public de 5000 personnes.

Il s’est illustré en 2008 en participant à l’émission « Germany’s next Top Model » sur la chaîne allemande Pro Sieben en composant les différentes musiques accompagnant les moments clés de l’émission (durant le défilé, pendant les entrevues ou lors de la décision du jury par exemple). Un disque « Germany’s next Topmodel – The official Catwalk Hits taken from the TV Show » a été tiré de ce programme fin 2008.

Son plus gros succès, le clip « Love & Pride 2005 », figure une partie de beach-volley, entre femmes d’abord, puis entre hommes et femmes, dans lequel le sport suggéré n’est pas celui auquel on pense.

En effet, Daniel Hoppe met avant tout en valeur les formes arrondies, non du ballon de volley-ball qui n’est là qu’à titre accessoire, mais celles de différentes parties de l’anatomie des joueuses. Celles-ci, en bonne(s) position(s) face à la caméra sont vêtues d’une tenue de plage griffée « SX SEXE ».

Comme toutes ces activités physiques sont épuisantes, elles se désaltèrent en mouillant généreusement le haut de leur maillot de bain, certainement dans le but de goûter les tablettes de chocolat de l’équipe masculine. L’histoire ne dit pas comment a fini la partie de beach-volley.

Pour recevoir la newsletter

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !

Il vous reste caractères.